DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | Renault R19 16S (1990-1995) : du turbo au bloc multisoupapes

Par François - 28 avril 2020
Dossier youngtimer Renault R19 16S

Bien que les inconditionnels des années 80 auraient préféré voir un turbo sous le capot de la Renault R19 16S, le constructeur français adopte pour la première fois un nouveau moteur multisoupapes. Son bloc servira de base pour de nombreux autres modèles de la gamme. Mais heureusement pour cette youngtimer, ses qualités ne s’arrêtent pas là…

Après des mois de teasing, la R19 16S est présentée à la presse en 1990, deux ans après la sortie de la version “classique”. Fini les R18 turbo, R9 turbo ou R11 turbo, ce sont les moteurs 16 soupapes qui sont à la mode désormais. Renault va notamment se démarquer de la concurrence en proposant son modèle en 3 portes et en version cabriolet. Niveau look, elle reçoit des pièces spécifiques pour se distinguer de ses sœurs. On retrouve entre autres des boucliers sports, des jupes latérales, un petit aileron de coffre et des sièges type baquet. Autant d’argument pour aller jouer des coudes avec sa rivale française sortie la même année, la Peugeot 309 GTI, ou encore rêver de détrôner la référence en Europe depuis 4 ans, la Volkswagen Golf 2 GTI 16S.

Renault R19 16S

Moteur (F7P)

Sous le capot se cache un nouveau moteur 16 soupapes que la R19 16S aura l’honneur d’inaugurer. Baptisé F7P, et estampillé F16 ie, on le retrouvera dans de nombreux autres modèles de la marque. Ce dernier sera notamment rentré au chausse-pieds dans la baie moteur de la Clio 16S en 1991, et servira de base mécanique en 1993 pour la célèbre Clio Williams, passant d’un 1.7 à un 2.0 (nom de code F7R). Plus fiable, plus économique et moins cher à produire, c’est ce type de moteur (très sophistiqué) qui est retenu au profit d’une alternative turbocompressée.

Résultat, la R19 16S développe 137 chevaux et 161 Nm de couple. Comme tous les moteurs 16 soupapes, elle est handicapée par un creux dans sa courbe de couple entre 3500 et 4500 tr/mn. Elle affiche un temps de 8,4 secondes au 0 à 100 km/h, similaire à celui de la Clio 16S, logique. Mais c’est proche de sa zone rouge qu’il faudra se rendre pour profiter de tout ce que la R19 16S a à offrir.

Fiche technique synthétique de la Renault R19 16S

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
  • Alimentation : injection électronique multipoint
  • Transmission : traction (avant)
  • Puissance : 137 ch à 6500 tr/min
  • Couple : 161 Nm à 4250 tr/mn
  • 0 à 100 km/h : 8,4 secondes
  • Boîte de vitesses : 5 rapports (manuelle)
  • Poids : 1100 kg
  • Vmax : 215 km/h

Moteur (F7P) Renault R19 16S

Au volant de la Renault R19 16S

Renault a fait son possible pour tenir tête à la Peugeot 309 GTI. Or, malgré que la R19 16S domine la concurrence en matière d’agrément de conduite, elle n’impressionne pas autant que sa rivale. Elle souffre notamment de 100 kg de plus et 20 chevaux de moins que la lionne.

Si ses accélérations et ses reprises sont clairement en dessous, elle se rattrape par sa motricité. Renault a opté pour des McPherson triangulés à l’avant et un essieu maison à 4 barres à l’arrière. Couplé à un confort de suspension, permettant un usage en daily, son comportement routier n’en est qu’amélioré. Sa direction est précise et son efficacité globale sans appel grâce à des trains roulants revus (géométrie spécifique, suspension raffermie, ressorts, barres antiroulis). L’adhérence est bluffante et l’arrière restera toujours fidèle en répondant à vos ordres. Son système de freinage (disques ventilés à l’avant) offre suffisamment de mordant pour stopper la R19 16S. Enfin, vous concernant, ses sièges baquets (qui seront repris sur la Williams) fourniront un bon maintien latéral.

Renault R19 16S

Bilan

Malgré son statut de “second” derrière sa rivale la Peugeot 309 GTI, plus puissante et plus légère, la Renault R19 16S est loin d’être inintéressante. Elle s’offre le luxe de mêler confort/tenue de route, par un choix d’amortissement malin, un train avant rigoureux et une direction précise. Son comportement à tout d’une GTI. Selon le conducteur derrière le volant, sur routes sinueuses ou circuit, la française au losange peut même se retrouver au niveau ou suffisamment proche de sa concurrente principale pour mériter sa bonne réputation. De plus, quand on voit son prix en occasion comparé à une 309 GTI, le choix est vite fait… En plus, la R19 16S existe aussi en cabriolet.

Acheter une Renault R19 16S

Côté occasion, c’est assez compliqué. La fourchette de prix est très vaste allant de 2000 à 13 000 euros. A ce stade ce n’est plus une fourchette mais un râteau ! Toutefois, si vous cherchez une R19 16S en bon état avec moins de 150 000 km, et surtout non-jackysée (fréquent sur ce modèle), alors il faut compter entre 3500 et 6000 euros. Une version “concours” sera au dessus de la barre des 10 000 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.