DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

E85 : boîtier/reprogrammation, Flexfuel, fiabilité, les vérités sur l’éthanol

Par Audric - 28 janvier 2020
Dossier E85 éthanol

Nous lisons aujourd’hui tout et son contraire sur l’E85, ce carburant composé jusqu’à 85 % d’éthanol. Pour avoir un avis un peu plus détaillé sur la question, nous avons questionné plusieurs ingénieurs de l’industrie auto, et un constructeur. Le bilan est, au final, globalement prévisible.

Nous avons régulièrement ce genre de commentaire sur l’éthanol dans nos publications : “je roule à l’E85 sans modification depuis toujours, et aucun problème après des dizaines de milliers de kilomètres“. Le problème, c’est que les expériences personnelles n’ont aucune valeur scientifique. Comme nous le répondons à chaque fois : ce n’est pas parce qu’un fumeur ne développe aucun cancer que le tabac n’est pas nocif pour la santé.

Mais comme nous n’avons pas assez de recul sur la chose, et que nous ne sommes pas des spécialistes en chimie, en dynamique des fluides ou en ingénierie mécanique, nous avons préféré laisser la parole à des connaisseurs. Les voici :

  • Florian N. : ingénieur calibration moteur dans une entreprise allemande. (expérience chez PSA).
  • Benoit : ingénieur motoriste, ayant travaillé dans la mise au point des diesels, et maintenant sur les hybrides. (expérience chez alliance Renault-Nissan).
  • Guillaume : travaille dans la mise au point des échappements et des systèmes de dépollution (catalyseur, FAP…). Site officiel.
  • Florian G. : ingénieur en mécanique, connaissance dans la dynamique des fluides (huiles moteur…).

Nous précisons d’entrée que ces intervenants n’ont rien à gagner à parler positivement ou négativement de l’éthanol. Ils n’ont pas été rémunérés et ont simplement pris de leur temps libre pour répondre à nos questions, dans un souci d’impartialité. Vous le verrez dans la suite de cet article, nous avons également interrogé Ford, qui était une des seules marques à encore proposer un vrai véhicule Flexfuel en France. Mais pour avoir plusieurs sons de cloches, il était, selon nous, important de tendre le micro à des personnes tels que les ingénieurs cités ci-dessus.

Notre but n’est pas de prétendre à diffuser la parole d’évangile. Nous avions simplement en tête de tenter de dresser des “tendances” en fonction des informations que nous avons pu glaner. Ce dossier est donc à lire avec un certain recul scientifique.

Boîtiers, reprogrammation…

Un boîtier qui permet d’être homologué

Nos questionnaires montrent une vraie tendance parmi les affirmations de nos intervenants : le boîtier est la solution la moins fiable, la moins pointue et la moins bonne. Non pas que certains boîtiers soient inefficaces, mais ils n’ont pas la précision d’une (bonne, c’est important) reprogrammation. Et encore moins la fiabilité et la justesse d’un véhicule pensé à l’origine pour fonctionner à l’éthanol.

Les boîtiers ont malgré tout un avantage sur une reprogrammation indépendante : ils sont depuis peu (pas tous, seulement certaines marques : Borel, FlexFuel, Biomotors et ARM Engineering) homologués au niveau européen. Ce qui permet notamment d’être en règle, et de refaire une carte grise en bonne et due forme. D’ailleurs, une fois le boîtier homologué installé, la nouvelle carte grise est… gratuite (sauf dans les régions Centre-Val de Loire où elle est payante et Bretagne où elle est à moitié prix). Bon à savoir.

La reprogrammation plus aboutie, mais non homologuée

La reprogrammation (si bien réalisée) va, elle, remplacer les cartographies d’origine constructeur par des réglages adaptés (sur avance à l’allumage, sur les temps d’injection, sur les sécurisations environnementales, altitude, chaud, froid etc..)“, précise l’un des ingénieurs interrogés. Et l’inspiration peut venir… d’Amérique du Sud. Vous n’êtes en effet pas sans savoir que l’éthanol est largement répandu, notamment au Brésil, sur des voitures parfois aussi vendues en Europe. Du coup, certains professionnels paramètrent les boîtiers en fonction des réglages du modèle Flexfuel brésilien et les adaptent au modèle européen : “certaines boîtes de reprogrammation (souvent les plus réputées) récupèrent les réglages E85 du constructeur pour le type de moteur en question vendu en Amérique latine, par exemple, et l’implante dans le calculateur. Le travail est rapide pour eux mais le résultat est, lui, (plus) optimal“.

Vous l’aurez compris, à choisir, il vaut mieux partir sur une bonne reprogrammation. Mais là encore, tous les professionnels ne se valent pas ! Bien des variables jouent sur la qualité de leur travail : leur expérience (nombre de véhicules traités, qui permettent d’avoir du recul), savoir-faire de l’ingénieur, accès aux paramètres complets du véhicule…

Tous les modèles vraiment compatibles ?

A entendre les spécialistes de l’éthanol et du boîtier de reprogrammation, tous les véhicules sont potentiellement capables d’être convertis. Mais il y a certaines familles de moteur qui sont plus compliquées que d’autres. A commencer par certains blocs à injection directe, dont les Puretech PSA, comme nous le confie Guillaume. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de les faire boire de l’éthanol, mais simplement que le boîtier paraît clairement insuffisant, et la reprogrammation plus complexe. Avec, en outre, des résultats très mitigés (en terme de stabilité et de fiabilité) d’après ce que l’on a pu constater.

A l’inverse, les blocs à injection indirectes semblent poser moins de problèmes. Pour connaître le type d’injection de votre véhicule, il faut faire quelques recherches sur votre ami Google en fonction de votre moteur.  Mais sachez que si vous êtes sur un véhicule européen Euro 6, vous avez quasiment 100 % de chances d’être sur une injection directe.

Qu’il soit suralimenté, ou pas, ne change pas grand-chose dans le résultat potentiel et la longévité de votre moteur tournant à l’E85. Il ressort finalement que chaque cas est particulier, et que certains moteurs demandent une vraie reprogrammation bien réalisée plutôt qu’un simple boîtier.

Fiabilité et E85

C’est la question sensible de l’éthanol. Et tout le monde y va de sa petite expérience personnelle, ou de ce qu’il a pu constater dans son entourage. Autant vous dire une chose : pour avoir un vrai avis sur la fiabilité des moteurs en E85, il faudrait ouvrir des (centaines de) milliers de blocs pour faire une vraie étude statistique. Sans ça, pas d’avis qui vaille.

Le notre ne sera donc pas forcément plus valable, mais nous nous sommes malgré tout basés sur des vérités scientifiques et chimiques incontestables. Et la première, c’est que l’éthanol est hydrophile : il “aime” l’eau et attire les molécules d’H2O dans le réservoir. Avec le risque, notamment, d’avoir une séparation des carburants : une couche avec le sans-plomb, et une couche, au fond du réservoir, avec l’éthanol mélangé à l’eau. Ceci n’arrive toutefois que dans le cadre d’un stockage prolongé d’un véhicule avec un plein d’éthanol et d’essence. Et dans ce cas, l’injection peut “pomper” de l’éthanol mélangé à l’eau pour l’envoyer dans le moteur. Avec les conséquences que cela implique.

Dossier E85 éthanol

Les sièges de soupapes, des parties sensibles du moteur en cas d’usage d’E85.

Et puis il y a les propriétés chimique de l’éthanol, qui altère certains matériaux. Les durites, certains joints et les sièges de soupapes sont les victimes : “l’éthanol étant corrosif, cela peut dissoudre la “crasse” mais aussi attaquer toutes les pièces en plastique ou acier sensibles (durites, sièges de soupape, catalyseur etc). Et vu que sur un véhicule fortement kilométré, ces pièces tendent à être fragiles si elles n’ont pas été remplacées récemment, on peut craindre des pannes”.

Vais-je toutefois casser mon moteur si je tourne à l’éthanol sans boîtier, ni reprogrammation, ni aucune modification ? Non, pas forcément. Aurez-vous une usure prématurée de certaines pièces ? Oui, très certainement, mais vous ne vous en rendrez peut-être jamais compte, à moins de garder l’auto sur le long terme.

Les pièces spécifiques

Contrairement à ce qu’affirment certains bricoleurs, ce n’est pas pour rien si les constructeurs produisent des moteurs spécifiques pour tourner à l’E85 en Amérique du Sud. Donc, non, une bonne fois pour toutes : les moteurs Flexfuel vendus dans cette partie du globe sont DIFFERENTS de ceux que l’on a en Europe, même si, sur le papier, les fiches techniques disent le contraire ! Certaines pièces sont évidemment spécifiques à un moteur Flexfuel. Par exemple, au Brésil, bon nombre de véhicules Flexfuel disposent d’un petit réservoir spécifique additionnel contenant du sans-plomb servant lors des démarrages à froid lorsque les températures sont basses.

Dossier E85 éthanol

Sièges de soupapes, injecteurs, pompe à carburant, circuit de carburant, voilà des exemples de spécificités. “Le reprogrammateur augmente le débit d’injection pour l’éthanol (le PCI – Pouvoir calorifique inférieur – de l’éthanol étant plus faible que celui de l’essence, pour la même quantité d’énergie libérée, il faut injecter plus d’éthanol)“, nous rappelle très justement un des ingénieurs interrogés. D’où le fait qu’un véhicule tournant à l’éthanol consomme plus (entre 20 et 30 % en moyenne). Et pour injecter ce surplus important, il faut des “organes” (injecteurs, pompe…) adaptés !

Le changement d’injecteurs est surtout nécessaire en raison de l’augmentation du volume de carburant à injecter. En effet les injecteurs sont dimensionnés pour un débit maximum donné par les caractéristiques du moteur (cylindrée, régime moteur et pression d’alimentation), du carburant (indice d’octane et coefficient stœchiométrique) et des facteurs extérieurs (température, pression atmosphérique, coefficient de sécurité) [liste non exhaustive]. Ce dimensionnement permet de choisir ou de faire fabrique un injecteur au plus juste des besoins pour la simple et bonne raison que plus l’injecteur est « gros » plus il coûte cher, et le prix c’est le nerf de la guerre dans l’industrie ! Les constructeurs ne vont pas surdimensionner leurs injecteurs pour accepter les 30% de débit en plus que demande l’E85 …“, précise Florian G.

Le risque avec des injecteurs sous-dimensionnés, entre autre, est de tourner un peu “pauvre”, et à haut régime, d’augmenter le potentiel de surchauffe. Et sur certaines autos, les marges proposées par les injecteurs d’origine sont trop faibles pour pouvoir “augmenter” l’injection suffisamment afin d’avoir un mélange air/carburant correct par la reprogrammation. Dans ce cas, il vaut mieux remplacer les injecteurs, à minima…

Autres particularités ?

Nous avons demandé s’il y avait des contraintes particulières pour les moteurs tournants à l’E85, notamment côté “conducteur”. Les avis sont globalement unanimes : pas besoin d’huile moteur, bougie spécifiques ou conduite particulière à adopter. En revanche, les hauts régimes avec des pleins uniquement faits à l’E85 peuvent être à proscrire pour les raisons citées plus haut (mélange trop “pauvre”, surchauffe…).

Ford et le Kuga Flexfuel

Ford a été le seul constructeur en France à vendre un vrai véhicule Flexfuel l’an dernier. Le Kuga Flexifuel n’est plus au catalogue, mais il devrait revenir prochainement avec la nouvelle génération du SUV. Ford est parti du quatre cylindres 1.5 Ecoboost, transformé pour l’occasion afin de brûler de l’éthanol sans risque sur le long terme.

Dossier E85 éthanol

Les modifications techniques sont assez légères et concernent principalement le circuit d’alimentation (pompe à carburant et injecteurs qui doivent pouvoir gérer des quantités de carburant plus variables) et de combustion (avance à l’allumage permettant de tirer bénéfice d’un indice d’octane supérieur en SuperEthanol-E85)“, commente le directeur des relations publiques de Ford, Fabrice Devanlay. En revanche, point de changement côté durites et réservoir, qui seraient déjà compatibles E85 d’origine sur le Kuga Ecoboost. Côté entretien, aucune différence entre un Ecoboost classique et un Kuga Flexifuel, nous annonce Ford.

Ford n’a pas répondu à notre question sur le montant de l’investissement pour un constructeur sur le projet de la transformation d’un moteur en Flexfuel, mais en comptant les étapes d’ingénierie, les changements mineurs en production et l’homologation (oui, il faut réhomologuer l’auto comme si c’était un tout nouveau modèle), il ne semble pas aberrant de parier sur plusieurs millions d’euros, comme nous l’a confié un des ingénieurs interrogés ayant travaillé pour un grand constructeur.

Pour l’instant, Ford ne confirme pas de nouveauté Flexfuel, mais la marque “travaille à développer des moteurs Flexfuel sur d’autres modèles que le Kuga, et, possiblement, sur des version mHEV en hybridation légère“. En revanche, nous avons demandé s’il y avait une éventuelle Ford Performance (Mustang, ST/RS, Raptor…) Flexfuel dans les cartons : ce n’est pas au programme. Dommage. Ceux qui espéraient pouvoir faire leur plein de Mustang à 30 ou 40 € devront faire autrement.

L’E85 offre quelques avantages

Le moteur Flexfuel présente toutefois un (petit) avantage sur son homologue essence : grâce à un petit changement dans la législation, il peut désormais être homologué en fonctionnant à l’E85. En clair, un constructeur comme Ford n’est plus obligé de mettre du sans-plomb dans le réservoir d’un modèle Flexfuel pour l’homologuer. Pourquoi un avantage ? Parce qu’en tournant à l’E85, les rejets de CO2 sur la fiche technique sont légèrement inférieurs : 154 g/km en E85 pour le Kuga Flexifuel, contre 156 g/km pour ce même Kuga avec de l’E10 dans le réservoir.

Et comme nous le rappelle Fabrice Devanlay, ces deux grammes n’ont l’air de rien, mais ramené à des milliers de ventes, cela compte dans le calcul de la moyenne de CO2 d’une marque, qui devra payer de fortes amendes en Europe si elle ne respecte pas la limite imposée par les autorités. Ces chiffres de CO2 peuvent paraître alarmants d’un point de vue malus, mais il faut aussi rappeler que ces véhicules bénéficient d’un abattement fiscal de 40 % en France. En clair, le Kuga Flexifuel passe à 94 g/km, et échappe à tout malus en boîte manuelle. Ajoutez à cela la gratuité (sauf dans de rares régions) de la carte grise, et vous comprenez vite l’engouement des clients pour la version Flexifuel du Kuga II lors de sa (courte) commercialisation.

Pour ceux qui ne le savent pas, citons également les rejets de CO2 plus faibles de l’éthanol (sur le cycle total du carburant, du puis à la roue), mais aussi la forte réduction des particules fines, et, évidemment, le prix du carburant…

24 Commentaires

  1. Avatar Kumazura dit :

    Personnellement j ai fait des recherches il y à quelques années avec les ref d atelier des Ford C max 1.8 essence 2008 et C max 1.8 flexifuel 2008, avec donc la même base moteur. la seul référence qui différè pour le moteur, c est les injecteurs. la pompe a essence, les bougies, lamda ou encore les soupapes sont les même. ..
    à part peut être la cartographie du calculateur, après avoir épluché une très grand nombre de référence sur ses deux version.

    plutôt instructif.

    1. Avatar Loris dit :

      Très intéressant j’ai moi même un un cmax flexfuel et je me posais la question de la différence.

  2. Avatar Rissack franck dit :

    Bonjour. Pour ma part, ma voiture (audi TT 2ltfsi 200cv) a été reprogrammé stage1 + bioéthanol l année dernière, seulement, j ai des accoups a froid et surtout lorsque les températures sont basses, après ça va. Les bougies et bobines sont neuves, ainsi que la pompe du réservoir et la pompe HP, remplacé par une LOBA. Les sondes lambda sont neuves, le préparateur qui a programmé mon véhicule ne voit pas d ou ça vient et dit que c est normal. Mon amie qui a exactement le même véhicule, fait la même reprogrammation et par la même personne n a aucun problème et fonctionne très bien. Alors…. quel peut bien-être le problème…?

    1. Avatar Antoine Michel dit :

      J’ai également le même soucis que Franck sur ma golf 6 GTI 2.0 TSI 211. J’avais simplement fait une reprogrammation du calculateur.
      Cause jamais trouvé, je roule depuis plus d’un an en mixte 30% éthanol et le reste en Sp95 pour limiter les à coups.

  3. Avatar Lopez Adrien dit :

    Étant professionnel et spécialiste de la reprogrammation (coeur d’activité) nous avons constaté une baisse des températures d’échappement et une augmentation du couple et de la puissance en comparant avec l’origine au sp98. Ceci est valable sur les atmos et compresseurs et encore plus sur les moteurs turbo ?. Et effectivement nous somme souvent bridés au niveau des pompes HP et pompes immergées dans le réservoir lorsque nous optimisons le rendement moteur et mécanique. les injecteurs d’origines suffisent!

  4. Avatar Delavaud dit :

    J’ai un V6 américain de 1999 qui fonctionnait GPL , j’ai goûté progressivement a l’éthanol sur les conseils d’un mécanicien ,cela fait 16 mois et 28000km que je n’ai pas mis une goutte d’essence et tout va bien, j’affiche fièrement 403000 km faire mon plein de 85 L à 0,60 chez Intermarché n’est pas un traumatisme.
    De plus on consomme des betteraves francaises en polluant moins . Comment se fait il que les écolos n’en fassent pas l’éloge et nous vantent l’électrique a batteries très polluantes et peu efficaces provenant de Chine .La politique et l’intérêt général ne devraient elle pas servir le peuple ?

  5. Avatar Epinette dit :

    Pour remédier sur les problèmes d’accoups à froid C’est tout simple. Si votre véhicule fonctionne au 100 % éthanol il faut installer tout simplement un potentiomètre 10 ko qui fait office de régisseur et de starter tant que le véhicule n’est pas chaud. Il faut tout simplement trompé la sonde de température moteur. C’est tout simple je démarre avec mon potentiomètre à fond ce qui engendre un démarrage au quart de tour et au bout de cinq minutes je redescends le potentiomètre est là aucun à-coup. Pour plus de renseignements voici mon adresse mail :olivepinette@gmail.com

  6. Avatar Lallain dit :

    Article intéressant et qui enlève certaines questions que l’on se pose.
    Dommage de ne pas avoir été plus loin sur certains points:
    – ou faire une vraie reprogrammation digne de ce nom?
    – les boîtiers dits homologués, quelle est l’homologation au final si vous dites qu’ils ne sont pas fiables?
    – quels sont au final les marques les plus propices au changement ( sachant que n’y a pas que des véhicules neufs ou bas âge qui roulent)
    – la question que tout le monde se pose : est ce que les constructeurs sont clairs dans le cas d’une garantie encore valable?

  7. Avatar Jérémy dit :

    Pour info, Ford n’est pas le seul a avoir commercialisé un véhicule flexfuel. Renault l’a fait avec la Mégane 3 1.6 flexfuel en 2009.

    1. Julien Julien dit :

      Nous parlons des véhicules RECENTS. En 2019, Ford était bien la seule marque à sortir un véhicule Flexfuel…

  8. Avatar nico dit :

    “Le problème, c’est que les expériences personnelles n’ont aucune valeur scientifique.” Ben techniquement, si, ça s’appelle de la statistique. D’ailleurs, c’est même un principe : on observe, on analyse, on en tire des résultats. Si sur 100 000 personnes avec même critères, , 90 000 disent n’avoir rencontre aucun problème c’est une première stat.
    Alors oui, en science “dure”, effectivement, on va pouvoir dire que, ça tire “pauvre”, et que, la corrosion sera plus précoce, et que blabla, et que etc…
    Mais l’intérêt du plus grand nombre c’est quoi? Là ou la plupart des gens conduisent normalement, sans sur régime ou tout le temps dans le tours, et que la moyenne c’est qu’on garde une voiture 120 000km, rare sont ceux qui rencontreront un (gros) problème sur leur véhicule.
    En plus, que vous alliez chez Total ou leclerc pour faire votre plein de 95 ou 98, on sait tous que ce n’est pas le même carburant, que la concentration d’H2O varie beaucoup, sans parler des additifs. Les moteurs ont une petite marge tout de même et dans l’ensemble, avalent tous de l’eau.
    Il manque quand même une grosse partie sur les avantages de l’E85, son prix :
    à 10 000km par an :
    je consomme au 98 (1.50€), 10l/100km : cout/an : 1500 euros
    à l’E85 (0.65€) , 13l/100 : cout/an : euros : 845 euros.

    sur 4 ans: 2600 euros d’économie.
    Alors oui, je roule dans des voitures à 1500 euros mais du coup, je peux changer des voitures tous les 2 ans si je veux.
    ou bien, je peux payer facture de mon gros problème survenu évidemment à cause de l’utilisation de l’E85…

    Quand bien même, j’ai eu une saab 9-3 2Lturbo, stage 2 : 300ch avec reprog. La seule chose à faire, pour ces messieurs (ou dames) énervés du pied droit : injecteur et pompe à essence gros débit (coût de l’opération : 400 euros)… D’ailleurs, le mec de chez Ford, le dit lui même, assez peu de modif’ sont nécessaires.

    Tout ça pour dire que c’est bien gentil de “ne pas prétendre à diffuser la parole d’évangile”, mais si on roule à l’E85, c’est pour son prix, et ça ne figure nul part dans votre article. (Outre les avantage de disparition du malus ou autre)
    Et en plus, beaucoup d’automobiliste useront leurs voitures prématurément en tapant dedans à froid et en faisant leur entretien trop tard etc etc : ça s’appelle la vie.
    Donc tout dépend de votre véhicule : Véhicule récent ayant encore une belle valeur : faite une vraie transformation : coût de l’opération 2000 euros (coucou le GPL, c’est pas ce que tu faisais déjà mais en beaucoup plus invasif et relou? et plus cher encore)
    Vous avez une voiture à 3000 euros, prenez le risque…

    1. Julien Julien dit :

      Alors deux choses : on nous a déjà fait la remarque, mais non, on n’a pas cité l’avantage du prix du litre… parce ce que c’est EVIDENT ! Ça ne nous était jamais venu à l’esprit qu’il fallait le rappeler, tellement c’est évident.
      Ensuite, non, désolé mais les expériences personnelles n’ont aucune valeur. Pourquoi ? Comme on l’a écrit, ce n’est pas parce que 1000 gugusses affirment que leur véhicule tourne bien à l’E85 que : 1/c’est réellement fiable sur le long terme 2/c’est valable pour tout le monde.
      Ensuite, on n’aura jamais 100 000 retours de statistiques… Il faudrait selon nous ouvrir ces 100 000 moteurs et réellement constater de l’usure des composants à cause de l’E85 (ou pas). Et pas juste se fier à ce que raconte son propriétaire. Par ailleurs, combien de personnes avec des souci (voire des casses) moteurs sur des véhicules tournant à l’E85 et qui se taisent, parce qu’ils n’osent pas dire que c’est peut-être parce que leur véhicule n’a pas accepté ce carburant ?
      Bref, on s’est fié à des avis scientifiques, et on ne remet pas en cause les avantages CERTAINS de l’E85, notamment sur des voitures à petit prix, comme pour vous, où le risque est minime.

      1. Avatar nico dit :

        C’est évident, certes, mais votre article est tourné avec un point de vue limite biaisé : “L’E85 offre quelques avantages”… Il n’offre pas que quelques avantages, d’ailleurs, c’est archiridicule comme avantage ce que vous présentez, par rapport à l’énorme avantage économique d’un plein à moitié prix.
        En fait, voilà, ce qui me gêne, c’est que dans la façon dont vous écrivez les choses, vous paraissez partis pris. (alors que peut être pas du tout)
        Ensuite, merci de nous appeler les gugusses.
        Et je confirme, la communauté scientifique me suivra, la statistique est une science. Peut être pas celle que vous suivez, mais c’en est une. Encore une fois, et j’adore ça avec les scientifiques purs et durs, il n’y a pas que vos histoires d’usure prématurés, il faut prendre un contexte global.
        En plus, si on ouvrait tous ces moteurs, personne ne pourrait affirmer que l’E85 est pour qqch dans l’usure prématurée, parce que même sorti d’usine, tous les moteurs ne se valent pas, les robots perdant de leurs précision, s’usant eux même etc. Alors si on devait compter sur des personnes pour bien entretenir leur caisse…. On est pas rendu!
        Et qu’est ce que vous appelez le long terme? Il y a 20 ans, chez Renault, on considérait qu’une voiture ça devait durer 5 ans, à raison de 12 000 km/an, c’est 60 000km…

        En fait, on s’en fout de la fiabilité sur le long terme. parce que sur le long terme, votre voiture ne vaut plus rien.

        Maintenant, il y a assez de forum sur tous les sujets pour se plaindre de tout et de rien. Bizarrement, malgré des années de balade sur les forums dédiés ou non, je ne me souviens pas d’un “gugusse” qui se soit plaint d’une casse moteur à cause de l’éthanol… et pourtant, il y en a qui se plaigne pour tout et pour rien sur le net.
        Enfin, quand on écrit, on doit être ouvert à la critique. moi je suis qu’un “gugusse” qui donne son avis sur un article, 12 personnes me liront. Vous êtes censés avoir un peu plus de vue, donc essayez de respecter vos lecteurs.

        1. Julien Julien dit :

          Ben justement, c’est bien ce que je dis : vous avez déjà vu quelqu’un dire “j’ai une casse moteur, et je pense/je suis sûr que c’est parce que je roule à l’E85” ? Probablement personne.
          A la base, cet article a été pris par un angle plutôt “mécanique/fiabilité”. Désolé si on a induit des gens en erreur, mais notre but n’était pas de refaire pour la énième fois la liste des avantages de l’E85 qui sont connus. Mais plutôt, justement, de donner la parole à des spécialistes non biaisés sur l’aspect technique, le moteur, etc.
          “En fait, on s’en fout de la fiabilité sur le long terme. parce que sur le long terme, votre voiture ne vaut plus rien.” Parlez pour vous, mais il y a aussi des gens qui veulent garder leur véhicule le plus longtemps possible. Respectez les aussi ;), tout le monde ne change pas de voiture tous les 4 ou 5 ans. C’est sûr que ces gens là, ils se moquent de l’aspect fiabilité.

  9. Avatar complotist dit :

    Je n’ai jamais compris la corrélation entre l’utilisation d’e85 et usure prématurée des sièges de soupapes…Un siège, comme son nom l’indique, est fait pour qu’un organe s’assoit sur lui, ici donc mécanique, la soupape, tirée par son ressort. Alors…Est-ce que mettre de l’E85 dans le réservoir au lieu du SP change le poids des soupapes? Ou augmente la tension de compression des ressorts ? Evidemment que non.
    Si un liquide devait “bouffer” l’alliage (très dur) des soupapes et/ou de leur siège, il serait composé d’hydroxyde de potassium ou d’acide…Et de toute façon, avant même que le moteur n’y goutte, tout ce qui est en amont aurait littéralement fondu…
    Il n’y a qu’un phénomène qui puisse endommager les sièges de soupapes, c’est la surchauffe…(Résultant d’un mauvais dosage stœchiométrique, une avance a l’allumage mal réglée, du cliquetis, de la détonation etc…) La d’accord, l’alliage se tasse avec les kilomètres.
    Mais tous les utilisateurs d’e85 constatent le contraire…: Le moteur chauffe moins qu’au SP.

    Repensons a ces rumeurs d’il y a des dixaines d’années sur les anciennes culasses soit disant étudiées pour ne recevoir que de l’essence plombée…elles tournent depuis plus de 30 ans au sans plomb ! et peut-etre encore pour des décennies…

    1. Avatar Francois dit :

      Selon moi, le point d’explosion de l’éthanol est plus bas, et donc l’utilisation de ce carburant nécessite de régler l’avance à l’allumage, sans quoi on aura une usure prématurée des sièges de soupapes… Non?

      1. Avatar complotist dit :

        Vous parlez du point d’éclair de l’éthanol. C’est la température d’inflammation du carburant, qui est beaucoup plus élevée que le SP. D’ou les problèmes de démarrage par temps froid ( bien que l’e85 européen contient 25 % de SP en hiver, 15 % en été ).
        Mais l’avance a l’allumage n’a absolument rien a voir avec le point d’éclair.
        Le taux d’octane de l’éthanol étant plus élevé ( 110 environ), le risque d”auto-combustion ( cliquetis) est quasi nul. Hors, c’est bien cela qui est a craindre pour la durée de vie des sièges de soupapes.
        De plus, tous les véhicules a injection sont équipés de capteur de cliquetis et le calculateur adapte son avance a l’allumage par rapport a lui.
        En avançant l’allumage, on peut augmenter le rendement, les perfs… un point c’est tout. Vu le taux d’octane de l’éthanol, on peut être tenté de le faire mais uniquement dans un but de performance et réduire la conso.
        La chaleur latente de vaporisation de l’éthanol étant 3 fois plus importante que celle du SP, la température du haut moteur est abaissée de 50°C à l’E85: le risque pour le haut moteur est faible à nul.

  10. Avatar hartmann dit :

    Bonjour bel article
    Installateur de boitier homologués je remarque que vous oubliez de dire que les vehicule d amerique du sud tournent avec 100% d ethanol. donc les carto lors de reprog doivent être modifiées en France . autre point qu en cas d accident corporel… quid de la reprogrammation…qui jusqu a maintenant n est pas légale vis a vis de l assurance.
    Statistiquement personne n est à l abris d une mort au tournant….si c est le conducteur moins grave….si c est une personne renversée….l assurance lors de l expertise vérifiera l ecu….Perso j ai pas envie de payer toute ma vie les modifications d une maison, une tierce personne, l amenagement de son véhicule…pour assurer le reste de la vie d une personne handicapée. et pourtant c est son droit.

    C est vrai que les boîtiers homologués ne sont pas la panacée. il manque des paramètres pour affiner les reglages( température externe. interne et avancé à l allumage pour être à 100% efficient.

    Mais dans l ensemble le calcul est simple: pas de risque assurance. car carte grise conforme. maid difficulté au démarrage à froid (au Brésil il fait qd meme plus chaud qu en france)
    moins bien optimisé qu une reprog …
    mais rien à voir en terme de couple une fois installe par rapport à un même véhicule qui mixte 30…40% de 85…juste pour ne pas allumer les voyants.

    Attention…par expérience je refuse environ 2 voitures sur trois…compte tenu de l age du véhicule de son type de motorisation…de son entretien..et de son kilométrage.
    j aime dormir tranquille!!

    Je suis aussi utilisateur mon vehicule perso est une essence de 170 000 kms…qui roule 95 E10….GPL….et 85.. donc très bien placé pour connaitre les contraintes et les avantages des 3 modes.

    autre stat .j ai équipé des flottes de vehicule essence au bio…en février 2019…..ils totalisent le million de kilomètre en idf….aucun retour….
    je ne les jamais revus mes B.B…
    (belles au Bio!!)

    Rem: ….je me casse les dents aussi sur certains véhicules à équiper! a cause des injecteurs…de la carto existantes…du start en go…de la gestion des équipements…clim anti brouillards etc

    voila vous avez un retour d un pro du boitier qui vous a livré en toute objectivité son point de vu.

    cdt

    1. Avatar laurent123 dit :

      Bonjour hartman,
      Je confirme ce que vous dites avec ma propre expérience.
      J’ai une Mazda cx-3 avec un moteur à injection directe. J’ai voulu la faire équiper d’un boitier homologué de marque Flexfuel, dans un centre Norauto, proche de mon travail. Hélas, après 6 séances de réglages, dont la dernière avec un technicien Flexfuel dépêché sur place, le voyant “défaut moteur” s’allume après un temps de roulage variable.
      Même si chez Flexfuel, ils continuent d’affirmer que mon véhicule s’adaptent sans problèmes, je n’y crois pas et je leur ai demandé de démonter leur boitier et de remettre ma voiture dans son état d’origine.
      Méfiez vous et vérifiez que des voitures identiques à la votre aient étés équipées sans problèmes auparavant, avant de faire équiper la votre.
      Cordialement

  11. Avatar Synned dit :

    Mon souci avec l’E85 c’est l’autonomie… Peu de personne en parle.. 20 à 30 % en moins !!! Notre voiture (Nissan Juke) possède un petit réservoir !! En Sp 95 l’autonomie est entre 500 et 600 km selon des parcours en ville où autoroute c’est déjà un peu juste parfois sur des grands parcours et avec l’hetanol je perdrais 150 à 180 kms !! Mon autonomie tomberait aux environs de 400 kms.. Cela ressemble plus à l’autonomie d’un véhicule électrique !!! Pas facile sur un grand parcours !!
    Je risque de perdre beaucoup de temps à chercher des stations équipées en E85 …

    1. Avatar Florian dit :

      Rien ne vous empêche de rouler en e85 et de passer en sp 95 ou 98 pour les longs trajets

  12. Avatar philippe dalençon dit :

    j’ai acheté ma clio IV à 8000 km et je roule depuis ce jour je roule au E85 sans problème et je ne trouve pas de surconsommation je fais 5.5 l au 100 sans modif du moteur elle à maintenant 55000 km.

  13. Avatar Ferrarini dit :

    Je roule avec une fiât 500 de 2010 pour 20 litres de E85 je mets 5 litres de sp98 aucune modif 175000 km démarre au quart de tour pas de surconsommation ce mélange descend le prix à 0.85

  14. Avatar Amaury dit :

    Bonjour,

    je ne suis pas d’accord avec le pb de l’eau : ça fait plus d’un demi-siècle qu’on injecte de l’eau avec l’essence afin de refroidir les chambres de combustion des moteurs très poussés.

    Pour qu’il y ait un excès d’eau stagnante dans un réservoir, je ne sais même pas si on peut arriver à réunir toutes les conditions négatives pour qu’il y ait une quantité nuisible au moteur…
    Parce que si un peu d’eau est dangereuse pour le moteur, quid du taux d’humidité quand on roule sous un fort orage, où l’air est à 100% d’humidité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.