DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | Honda CRX ED9 (1987-1992) : pour samouraïs pressés

Par François - 5 avril 2020
Dossier youngtimer Honda CRX (ED9)

Durant les années 70, 80 et 90, Honda vit son âge d’or, avec une gamme de sportives toutes aussi pétillantes les unes que les autres. Le coupé CRX (ED9) en fait partie. Une voiture simple avec un châssis précis et léger ainsi qu’un moteur fiable et performant.

L’histoire des CRX débute en 1983 avec un cahier des charges qui ne changera jamais : légèreté et panache. La première génération de CRX (1983-1986) va hériter d’un bloc SOHC (code : D15A3) 12 soupapes avec arbre à cames en tête développant 100 ch. En 1986, juste avant l’arrêt de sa production, la CRX reçoit un moteur ZC1 DOHC (code : D16A1) 16 soupapes avec double arbre à cames en tête développant 125 ch. Suivra le modèle qui nous intéresse aujourd’hui, deuxième génération de la CRX, et dotée de 5 chevaux de plus en attendant la future CRX (EE8) VTEC de 150 ch.

Niveau look, Honda ne révolutionne pas le design de sa sportive, forcé de constater que la première génération est réussie. Pininfarina aura son mot à dire et aidera en consulting la firme japonaise à redessiner ses lignes de carrosserie et ses phares. Un coup de crayon qui servira de source d’inspiration pour le Coupé Sport de Mercedes et la C4 Coupé de Citroën. Les finitions à l’intérieur sont au dessus en terme de qualité par rapport à ses concurrentes françaises, sans pour autant arriver à la cheville des habitacles allemands. La CRX est aussi bien équipée niveau confort, avec seulement la climatisation en option.

Honda CRX (ED9)

Moteur (d16a9)

Contrairement à sa grande sœur, la CRX EE8 (150 ch), elle ne cache pas un VTEC sous son capot mais un moteur 16 soupapes à deux arbres à cames en tête (code : d16a9), développant 130 chevaux et 143 Nm de couple. Ce dernier est couplé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports, avec un étagement court. Étrangement, là où tous les 16 soupapes pèchent à bas régime, celui-ci reste souple et disponible dès 2800 tr/min, et jusqu’à 7000 tr/min.

Résultat, la CRX ED9 expédie le 0 à 100 km/h en 8,1 secondes. Cela la place dans le peloton de tête, légèrement devant certaines concurrentes directes et à peine derrière d’autres (Renault Super 5 GT Turbo en 7,8 secondes; Peugeot 205 1.9 GTI en 8,1 secondes; Renault Clio 16S en 8,3 secondes; Ford Fiesta RS Turbo en 8,2 secondes; Opel Corsa GSi en 8,9 secondes; Citroën AX Sport en 9,2 secondes). Quoiqu’il en soit, le bloc en lui même, comme tous les moteurs Honda de l’époque, est très fiable. Encore aujourd’hui, on croise fréquemment des CRX ED9 en bon santé moteur avec plus de 200 000 km au compteur.

Fiche technique synthétique de la Honda CRX (ED9)

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
  • Alimentation : injection électronique
  • Puissance : 130 chevaux
  • Couple : 143 Nm de couple
  • 0 à 100 km/h : 8,1 secondes
  • Boîte de vitesses : 5 rapports (manuelle)
  • Poids : 910 kg
  • Vmax : 205 km/h

Moteur Honda CRX (ED9)

Au volant de la Honda CRX ED9

Affûté. C’est le mot à utiliser pour définir le châssis de la CRX ED9. Terminé l’essieu avant MacPherson, Honda sort l’artillerie lourde avec un système à double triangulation. A l’arrière, l’essieu est lui aussi composé de deux triangles superposés appliqués à 2 bras tirés, couplé à un dispositif de bras oscillants Multicontrol. Les silent-blocs et les points d’ancrage du moteur ont été prévus pour minimiser les vibrations et surtout laisser les combinés ressorts-amortisseurs faire leur job d’absorption des chocs. Enfin, des barres antiroulis sont montées aussi bien à l’avant qu’à l’arrière.

La configuration offre ainsi une vraie stabilité sur la route, une tenue de route exemplaire et précise ou encore un comportement routier général très dynamique. Les freinages sont efficaces, grâce à des freins à disques (ventilés à l’avant). Seul point noir, nous avons toujours trouvé que le freinage était un peu instable lorsqu’on écrase vraiment la pédale. La CRX ED9 fait partie des rares youngtimers que vous pouvez utiliser sans rajouter des pièces “performance” pour combler des défauts. Face à la concurrence sur routes sinueuses, elle mettra une fessée aux Corsa GSI (A) et Fiesta RS Turbo, tiendra tête à la Clio 16S, mais sera légèrement surmenée par les 205 1.9 GTI et Super 5 GT Turbo.

,Intérieur Honda CRX (ED9)

Bilan

La Honda CRX (ED9) défend très bien la réputation du modèle, juste avant que la EE8 finisse le job avec son moteur VTEC. Avec un 16 soupapes fiable et nerveux, couplé à un poids plume sous la tonne, la japonaise se montre extrêmement agile. Les petites routes sinueuses sont clairement son terrain de jeu, comme toutes les petites bombinettes de l’époque. Son look a pas trop mal vieilli et sa cote est encore abordable.

Mais du côté du marché de l’occasion : BONNE CHANCE. C’est le conseil qu’on tend à donner à toutes les personnes désireuses d’acheter une Honda des années 80/90. Les offres ne manquent pas toutefois rares sont celles en état d’origine et en bonne état. Ces générations de Honda ont la particularité de garder leur cote, même avec un kilométrage très élevé. Ainsi, une CRX ED9 va se situer entre 5000€ et 6000€ pour un exemplaire en bon état, d’origine et avec environ 200 000 km. Vous pouvez trouver moins cher (2000/3000€). Toutefois, vous vous exposez à des mécaniques rincées, des CRX tuning habituées au rasso-parking, ou des moteurs de plus de 300 000 km, 20 ème main ! A l’inverse, des modèles première ou deuxième main, de moins de 100 000 km dépassent la barre des 10000€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.