Toyota Supra (2019)

Toyota a vraiment envie de nous vendre sa Supra comme une icone de sportivité. Tetsuya Tada, l’ingénieur en chef de la nouvelle sportive japonaise, a confirmé les récentes rumeurs qui planaient autour du design du nouveau badge de la Supra, et plus précisément à quoi renvoyait la forme du “S”.

Avec l’arrivée de cette nouvelle Supra A90, Toyota souhaite vraiment passer un cap en terme de performances, et tient vraiment à nous le faire comprendre. Soyons honnêtes avec nous même, l’ancienne génération (A80/mk4) n’était pas terrible dans les virages… Vous avez déjà vu une course poursuite au cinéma en Supra ? Vous avez déjà vu la japonaise conduite autrement qu’en ligne droite sur YouTube ?

Toyota Supra (2019)

Toutefois, nos confrères de Motor Trend nous rapportent que le “S” du nouveau badge de la Supra serait une reproduction d’une portion du Nürburgring. Pour être précis, il s’agirait même du Wehrseifen, une portion descendante située environ 8 kilomètres après le départ du circuit allemand. Notez que contrairement à ce que vous pouvez penser, le design du badge a bien évolué, même si les différences sont infimes (illustration ci-dessous).

Badge Toyota Supra

Tout d’abord perçu comme une hypothèse tirée par les cheveux quand on connaît sa réputation dans les virages, cette allégation a été confirmée récemment par Tetsuya Tada, l’ingénieur en chef de la nouvelle sportive japonaise. Cela signifie t-il qu’elle sait dompter les virages désormais ? Serons-nous agréablement surpris de la tenue de route de la nouvelle Supra ? On vous le confirmera ou infirmera quand Toyota France nous donnera les clés…

LIRE AUSSI

1 COMMENTAIRE

  1. Cher François…
    Comment peut-on écrire de telles inepties ?
    Avez-vous seulement déjà eu une MKIV européenne en main ?
    Je ne vous parlerai même pas de celle que j’ai eue pendant des années (légèrement gonflée – dans les 450 CV – avec un équipement pneumatique encore plus performant – 265x35x18 à l”avant et 295x30x18 à l’arrière en lieu et place des 235x45x17 et 255x40x17 d’origine).
    Je me contenterai de vous renvoyer vers le n° 1038 de sept 93 du Moniteur Automobile, revue on ne peut plus intransigeante et objective, je pense que vous l’admettrez : page 33 vous y lirez “En termes de gabarit et d’encombrement, la Supra ressemble à la 928 GTS. Mais tout ça, c’est de la théorie. Dans la pratique, la Toyota nous a au contraire paru avoir fait du comportement de la 944/968 son maître à penser. Au contraire de la 928 et d’autres coupés de choc, la Supra nous étonne par sa faculté d’enquiller les routes sinueuses. Agile comme une sportive plus compacte. Elle est très sûre, sous-vire très peu, prévient du décrochage du train arrière. Notre grand coupé a aussi la dérive facile à anticiper et à contrôler, une bonne motricité grâce au Torsen à l’arrière. Enfin sa stabilité banalise complètement les excès de vitesse. Elle fera des confettis de votre permis tant sa conduite sportive est décontractante.”
    Les commentaires concernant le freinage étaient du même acabit.
    En conclusion le Moniteur Automobile lui attribuait la note de 8,9/10 (boîte mécanique) et de 9,1 (boite automatique !). Et je vous assure que la boîte auto était un régal, y compris sur circuit…
    Je pourrais aussi vous renvoyer vers “L’Echappement” qui l’avait testée en course de côte contre les stars du moment (y compris une Porsche 911 et une Catheram si je me souviens bien…). Non seulement elle était sortie 1ère, mais le journaliste était stupéfait de voir à quel point les pneumatiques avaient bien résisté…

    Et si vous voulez voir des vidéos, recherchez donc “Supra Nurburgring”.

    Salutations cordiales
    Gilbert

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.