Renault Mégane 4 restylée

Après Clio 5, Captur, Zoe et Koleos, c’est au tour de la très attendue Mégane de passer par la case rafraîchissement. Et du lourd se prépare…

Après quelques années de bons et loyaux services, la Renault Mégane 4 s’apprête à passer par la case restylage. Et il est temps ! Le marché a connu de nombreux renouvellements (Golf 8, Corolla, Focus, Mazda 3…) ces derniers temps, si bien que la Mégane se doit de réagir, puisque ses ventes sont en baisse et qu’elle pointe désormais à la 7e place en Europe chez les compactes.

Design

Ne vous attendez pas à de gros changements, nous l’avons vu avec la dernière Clio : Renault a décidé de calmer le jeu au niveau du style. Les tous récents prototypes de Mégane 4 restylée aperçus sur la route témoignent seulement d’une évolution au niveau des feux et de certaines parties des boucliers. Attendez-vous aussi à de nouveaux modèles de jantes et, surtout, à un intérieur qui devrait monter en gamme et gagner quelques technologies.

Renault préfère se concentrer sur d’autres aspects plus importants, comme les motorisations, et là, il y a de quoi avoir hâte pour les clients des compactes…

Motorisations

En effet, Renault profitera du restylage pour proposer, pour la première fois, un hybride rechargeable ! La marque, qui s’était plutôt fait une spécialité de l’électrique, va lancer cette nouveauté mécanique qui sera partagée avec le nouveau Captur, que l’on attend pour la fin d’année.

Concrètement, il s’agit du même moteur essence 1.6 atmosphérique que pour la Clio hybride (non rechargeable, rappelons-le), mais avec de petites batteries d’un peu moins de 10 kWh (9,8 kWh, pour être précis) pour rouler plusieurs dizaines de kilomètres en électrique. Chez les généralistes, ce sera une offre quasi unique, et surtout une bonne occasion pour Renault de se replacer au sein des flottes et des professionnels, chez qui l’hybride rechargeable est une bonne option pour réduire la TVS et la fiscalité.

Particularité de ce moteur ? La boîte de vitesses, qui, sur le papier, veut réunir le meilleur des mondes : pas d’embrayage ni de convertisseur, mais pas d’effet désagréable de montées en régime comme les trains épicycloïdaux Toyota. Ceci grâce à un moteur électrique, logé dans la boîte, qui permet l’hybridation, et à un alterno-démarreur qui gère les arrêts et relances du moteur thermique. Le système est totalement inédit et promet beaucoup sur le papier.  Si le produit est donc bien étudié, nous devrions avoir affaire à une compacte particulièrement fiable et peu onéreuse en entretien.

Pour le reste des moteurs, il faudra compter sur les 1.5 dCi et dernier 1.3 TCe disponibles en différents niveaux de puissance. La version GT pourrait ne pas être reconduite puisque Renault n’a pas relancé le 1.6 de 205 ch après l’obligation du passage au cycle d’homologation WLTP.

Prix

En entrée de gamme, la Mégane ne devrait quasiment pas connaître d’inflation, avec un premier prix tournant autour des 22 000 €. En revanche, il y aura certainement du changement sur le haut de gamme puisque l’hybride rechargeable fera son arrivée et devrait être facturée au moins 33 000 €. Et bien plus, à mesure que l’on monte dans les finitions.

Renault ne devra en tout cas pas se manquer sur la grille tarifaire, qui sera un argument de vente, puisque les Volkswagen Golf 8 et nouvelles Skoda Octavia et Seat Leon sera à l’affût.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.