DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | Toyota Corolla TS (2002-2007) : 7800 mètres d’altitude

Par François - 29 avril 2020
Dossier youngtimer Toyota Corolla TS

Lancée en 2002, Toyota à le rêve fou de concurrencer la Civic Type R de Honda en offrant un gros moulin à sa compacte familiale. La Corolla TS est née et peut compter sur un très bon moteur pour l’épauler, qui monte aussi haut dans les tours que sa rivale. Mais est-ce qu’un bon moteur suffit pour faire une bonne sportive ?

La Corolla TS débarque en 2002 après que Toyota ait commercialisé les Yaris TS et Celica TS. La compacte au caractère familiale se voit offrir une version sportive. Mais peut-on transformer une voiture à l’ADN familial en sportive ? C’est l’exploit que la firme japonaise va tâcher de nous vendre.

Niveau look, il est très difficile de différencier une Corolla TS d’une version “standard”. Mise à part ses jantes spécifiques et son logo TS sur la calandre et bas de caisse, la différenciation est compliquée. A l’intérieur, même combat. On note néanmoins l’apparition de compte-tours au fond blanc et d’un pédalier en lu.

Toyota Corolla TS

Moteur

Toyota opte pour la technologie VVTL-i, similaire au système VTEC de chez Honda. La Corolla TS hérite du même 4 cylindres 16 soupapes que la Celica TS, et créé par Yamaha (nom de code : 2ZZ-GE). La particularité de ce moteur est qu’il devient rageur dès lors que vous atteignez 6.200 tr/min, là où la majorité des moteurs de ses concurrentes s’éteint. Il sera élu moteur de l’année en 2000 et sera utilisé par Lotus quelques années plus tard sur les Elise R et Exige. En 2002, la Corolla TS faisait partie d’un club très fermé, celui des compactes dépassant les 100 ch/l sans l’usage d’un turbo.

Résultat, la japonaise développe 192 chevaux à 7800 tr/min et 180 nm de couple à 6800 tr/min. Oui, vous avez bien lu, elle monte très haut dans les tours. Le moteur est couplé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, qui aurait pu mieux être étagée… Le 0 à 100 km/h est abattu en 7,7 secondes, pour une Vmax de 225 km/h. Sur la route, il faut attendre d’avoir dépassé les 6.000 tr/min pour permettre aux 1.8 de s’exprimer pleinement. En dessous, c’est creux, sans être handicapant. Avec 100 Nm de couple par litre de cylindrée, le moteur se montre utilisable à tous les régimes en usage normal.

Fiche technique synthétique de la Toyota Corolla TS

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
  • Alimentation : gestion électronique intégrale
  • Transmission : traction (avant)
  • Puissance : 192 ch à 7800 tr/min
  • Couple : 180 Nm à 6800 tr/mn
  • 0 à 100 km/h : 7,7 secondes
  • Boîte de vitesses : 6 rapports (manuelle)
  • Poids : 1210 kg
  • Vmax : 225 km/h

Moteur VVTL-i de la Toyota Corolla TS

Au volant de la Toyota Corolla TS

Avec un moteur cochant toutes les cases, le châssis n’est plus qu’une formalité ? C’est là où ça se corse. Toyota n’a jamais souhaité aller au bout du concept de la voiture de sport. A sa sortie en 2002 (phase 1), le comportement routier est jugée trop familiale pour une sportive. Son châssis est trop moelleux, la faute principalement à un choix d’amortisseurs beaucoup trop moelleux. La phase 2 (2004) tâchera de rattraper ce problème sans vraiment le corriger. La Corolla TS est rabaissée de 20 mm, reçoit de nouvelles barres stabilisatrices de plus grand diamètre et hérite de nouveau amortisseurs, mais rien n’y fait. C’est mieux, mais pas encore au niveau de sa concurrente principale : la Honda Civic Type R (EP3). Et comme si cela ne suffisait pas, le système de freinage aussi vient se rajouter à la liste des éléments perfectibles.

Vous l’aurez compris, à moins de changer complètement son système de suspension et de revoir son freinage, le châssis ne sera pas vous donner satisfaction. Et tant que vous y êtes, essayez de griller le contrôle de stabilité (non déconnectable). Il s’invite bien trop souvent lors de vos sorties musclées sur routes sinueuses, avec des interventions souvent hasardeuses. Si vous avez l’âme d’un préparateur, alors le châssis pourra retrouver une seconde jeunesse grâce à vous. Surtout que son train avant se montre précis et arrive très bien à exploiter le couple qui lui est envoyé sur les roues avant.

Vous l’aurez compris, d’origine, le châssis n’est pas à la hauteur du segment dans lequel la Corolla TS évolue.

Intérieur Toyota Corolla TS

Bilan

Avec autant de grands défauts que de grandes qualités, la Toyota Corolla TS est une sportive attachante, mais avant tout discrète et dotée d’un gros moteur.  D’un côté, on retrouve un moteur performant et fiable, de l’autre on doit assumer un châssis un peu trop tendre et un système de freinage sous-dimensionné pour un usage sportif. Moins médiatisée que d’autres de ses concurrentes dans les années 2000, elle reste une alternative aux modèles plus populaires de l’époque.

Acheter une Toyota Corolla TS

Côté occasion, elle partage un point commun avec les modèles de la marque Honda, soit sa valeur de revente sur le marché secondaire. Souvent kilométrée et rarement sous la barre des 200 000 km, vous ne trouverez pas de Corolla TS en dessous de 6000/7000 euros.

1 Commentaire

  1. Avatar Tobi23 dit :

    J’ai la version TS compresseur, plus puissante, plus coupleuse et plus pointu sur les amorto ( Eibach d’origine)
    C’est dommage que vous n’en parliez pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.