Seat Ibiza accidentée

Pour améliorer votre pouvoir d’achat, le gouvernement a décidé d’ouvrir le marché de la pièce automobile détachée. Ce qui veut dire que les réparations de carrosserie seront, normalement moins chères. Mais gare aux vilains assureurs qui en profiteraient…

La France est l’un des seuls pays d’Europe où les constructeurs ont le monopole sur les pièces détachées dites “visibles” (vitrage, carrosserie, rétroviseurs, jantes…). C’est pourquoi, quand vous envoyez votre Ibiza TDI Stage 3 dans le décor après une tentative ratée d’impressionner votre dulcinée (qui s’est soldée par un monstrueux sous-virage), et que vous faites des réparations, vous payez si cher : votre carrossier/réparateur passe obligatoirement par une filière qui remonte au constructeur, qui fait ce qu’il veut avec les prix. D’ailleurs, l’Europe a également annoncée qu’elle allait mener une enquête sur une possible entente sur les prix chez plusieurs grands groupes (Jaguar Land Rover, FCA, PSA, Renault). Comme si ça ne suffisait pas, quoi !

Pour améliorer le pouvoir d’achat des Français, le premier ministre souhaite l’ouverture du marché des pièces visibles. Concrètement, cela veut dire que les constructeurs ne pourront plus être les seuls à pouvoir produire des pièces détachées de rechange, et que le marché s’ouvrirait, faisant baisser les prix.

Ça, évidemment, c’est le cas rêvé. Mais encore faut-il que les assureurs jouent le jeu et n’en profitent pas pour s’en mettre encore plus dans les poches, puisque ce sont surtout eux qui achètent des pièces détachées pour effectuer les réparations des autos de leurs clients.

En tout cas, si vous faites vous-même vos réparations (ou que vous les faites faire), ça voudra forcément dire que vous allez payer moins cher dans un avenir proche. Il serait temps, aurait-on envie de dire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.