DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

La voiture électrique est une star sur vos écrans, moins dans la réalité

Par François - 6 décembre 2019
Quel avenir pour la voiture électrique ?

Sur tous vos écrans, tout le monde vous parle de la voiture électrique, et Downshift en fait partie. Présentée comme l’avenir et une alternative aux moteurs thermiques, en prenant du recul, on doit honnêtement reconnaître qu’une fois sur nos routes, la hype est bien moindre…

Aujourd’hui, nous sommes aux portes de 2020, et après avoir hésité quelques années, la majorité des constructeurs automobiles étoffent leur gamme avec des versions électrifiées. Notez au passage que les nouvelles normes anti-pollution y sont aussi pour quelque chose. Ainsi, après avoir ouvert la voie Tesla n’est plus seul, et de nouveaux arrivants se sont même fait une place sur des segments où la référence américaine de l’électrique n’est pas.

Une offre produit de plus en plus large

On pense notamment à la mobilité urbaine, où il y a encore quelques années, vos choix étaient limités et les designs proposés très/trop futuristes et conceptuels. Maintenant, vous pouvez aller taper à la porte de chaque constructeur généraliste, voir chez certains premium comme BMW avec leur i3. Mais dans ce segment, la star du moment est la française signée Renault, la Zoé 2 avec ses 395 km (WLTP). Bon OK, soyons honnêtes, Renault a fait un bon en avant. On a plus l’impression d’être assis dans une cabine de toilette avec un volant (première génération de Zoé). Notez qu’en 2020, Volkswagen sera the new kid in town avec son ID.3 et devrait frapper un grand coup.

Changeons de continent. Si vous changez de gabarit, vous avez également les Hyundai Kona électrique et Kia e-Niro, affichant toutes les deux une autonomie de 455 km (WLTP). Même la Nissan Leaf, toujours à sa première génération, garantit 384 km (WLTP) en version e+.

Encore des freins à l’achat

Voilà donc un aperçu (hors premium type Audi e-Tron, Mercedes EQC, Porsche Taycan, etc.) des modèles à notre portée. Tous les constructeurs généralistes ont pris le virage, sans pour autant larguer leur gamme thermique, encore majoritaire dans le paysage automobile. Non, par contre il existe un fossé entre l’engouement pour l’électrique communiqué par ces derniers et la réalité. En effet, ils ont encore un problème avec les batteries. Certes, elles deviennent de plus en plus grosse, rapide et efficiente, mais cela ne suffit pas encore a convaincre des consommateurs de faire cette transition énergétique.

Les raisons sont multiples : infrastructures de recharge, coût à l’achat, avenir de la technologie, etc. Même du côté des constructeurs on se pose des questions puisque qui dit voiture électrique, dit beaucoup moins d’entretien, et donc moins de passage en Atelier. Nous ne citons pas volontairement les critiques focalisées sur le temps de recharge puisque c’est un faux problème.

Quoi qu’il en soit, il n’y a rien d’autres qui retiendrait les consommateurs à craquer pour de l’électrique. De récentes études montrent que la technologie aurait encore une marge d’évolution avec une autonomie générale qui pourrait augmenter de 50%. Ces mêmes études précisent également que le prix à l’achat de ses véhicules est encore élevé, mais parlent toutes d’une courbe à la baisse d’ici les 10 prochaines années.

Le prix, le dernier obstacle

A la fin de la journée, nous aurons beau tous critiquer ou redouter l’électrique (c’est bien connu, on craint ce qu’on ne connaît pas ou ce qui est nouveau), c’est le prix qui sera le seul juge de paix. Peu importe ce que vous raconte votre ami fan-boy Tesla ou les médias écologistes un peu trop optimistes sur leurs données liées à l’impact carbone. Si les constructeurs et surtout l’utilisation des pionniers de l’électrique nous prouvent qu’il est réellement plus intéressant (= financièrement) de rouler en électrique, croyez-nous que la transition aura lieu, et VITE !

Même Jean-Michel du haut de son doctorat en bullshit, et pseudo-écologiste quand ça l’arrange qui affirme que ça pollue d’avantage (en se basant sur ce qu’il a entendu au bar du coin), passera à l’électrique. Quand de l’argent est en jeu et qu’une économie est possible, les écologistes fuient bizarrement par milliers. (*Attention, nous ne critiquons pas les écologistes, dans le fond ils ont tous raison, mais c’est les moutons opportunistes que l’on vise*).

Malheureusement il faut se rendre à l’évidence, nous sommes une minorité de “bagnolards” et la majorité des français s’en fiche de nos revendications liées aux sportives ou notre lutte anti-SUV. Tout ce qu’ils veulent c’est se déplacer, dans le confort, le tout le moins cher possible. Et dans le fond, c’est pas surprenant, voir même logique.

La voiture électrique coincée dans une bulle spéculative

Tous les constructeurs automobiles sont dans une course à l’électrification. Pire, à les écouter, vous pourriez même croire qu’ils ont fait de la préservation de la Terre un objectif vital… La réalité est pourtant simple et complètement opposée. La majorité de leurs budgets est toujours investi dans la technologie thermique, bien que les indicateurs se tourne progressivement vers l’électrique. Le thermique génère toujours du profit, alors pourquoi s’arrêter ?

Ainsi, quand on prend un peu de recul, et comparée à ce que ces derniers vous disent et à ce qu’on (les médias) vous relai, la voiture électrique n’a pas une place si importante sur nos routes face au thermique. Phénomène qui se confirme surtout quand on compare les volumes occupés “par les deux camps” en publicité. Mais peut être que la voiture électrique prend autant de place dans les médias et sur vos écrans justement parce que nous ne sommes tous pas encore persuadé de leur légitimité en tant que solution durable.

La punchline Downshift

Attention, ce n’est pas un article anti-électrique. Montez dans une Tesla et vous verrez que la technologie à de nombreux bons arguments. Nous vous sensibilisons seulement l’état du marché actuel qu’on résumerait en “l’électrique c’est le futur, mais passe devant STP…” !

1 Commentaire

  1. Avatar François Duboc dit :

    Bonjour, pour compléter : les salons de l’auto vont dans le même sens que les publicités en mettant en avant l’électricité.
    L’acte d’achat est effectivement très souvent déclenché par la possibilité de réaliser une économie. C’est mon cas avec la Kona 100% électrique, j’économise environ 400€ par mois parce que je roule beaucoup et que le coût de l’électricité est très bas quand on recharge chez soi la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.