DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | Porsche Boxster 2.5 (986) (1996-1999) : Flat-6 accessible

Par François - 19 avril 2020
Dossier youngtimer Porsche Boxster 2.5 (986)

La gamme Boxster s’est fait une place dans la gamme Porsche. Mais en 1996, lors de son arrivée, le modèle n’a pas été accueilli à bras ouverts par les “puristes” de la marque. Souvent pointée du doigt pour son manque de puissance, elle a su convaincre et trouver son public au fil des années, dont la première version fut déjà une réussite.

Conscient que sa survie passera par la diversification, Porsche introduisit le Boxster dans sa gamme en 1996, comme ils feront en 2002 avec le Cayenne. Après un premier concept dévoilé en 1995, et bien que certains Jean-Michel Puriste la boudent à sa sortie, le modèle connaîtra un grand succès grâce à prix plus accessible.

Esthétiquement, le Boxster 2.5 (986) adopte les codes de la marque, tout en empruntant quelques éléments de la 911 type 996. L’ensemble est globalement bon, sans trop grande prise de risque identitaire, qui doit être perçu pour une qualité à notre sens. Son aérodynamisme n’est pas été mis de côté avec un Cx de 0,31.

Intérieurement, budget accessible oblige, la finition est bonne mais en dessous de la qualité des matériaux utilisés dansune 911. Même constat pour son équipement, composé du minimum syndical de série (ABS, direction assistée, fermeture centralisée à télécommande, vitres électriques). La climatisation, l’ESP, les sièges cuirs ou encore le saute-vent étaient autant d’options à rajouter à votre facture.

Porsche Boxster 2.5 (986)

Moteur

Sans surprise, on retrouve un Flat-6 en position arrière central. Considéré comme sous-dimensionnée, la cylindrée de 2480 cm3 (2.5) passera ensuite à 2.7L en 2000 (phase 2). Ce dernier est couplé à une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports, parfaitement étagée et précise. Certes, bien moins fougueux que le 3.2L (Boxster S), le 2.5L aimera tout de même plonger vers la zone rouge. Rageur à partir de 4000 tr/min et jusqu’à 6500 tr/min, c’est surtout le chant du Flat-6 qui est appréciable. Même à bas régime, le râle du 6 cylindres à plat est caractéristique des moteurs Porsche.

Résultat, le Boxster 2.5 (986) développe 204 chevaux et 245 Nm de couple. Le 0 à 100 km/h est abattu en 6,9 secondes grâce à un poids de “seulement” 1250 kg. Ce qui est suffisant pour être considéré comme une voiture de sport dans les années 90.

Fiche technique synthétique de la Porsche Boxster 2.5 (986)

  • Moteur : 6 cylindres à plat, 24 soupapes
  • Alimentation : injection indirecte + Variocam
  • Transmission : propulsion (arrière)
  • Puissance : 204 ch à 6000 tr/min
  • Couple : 245 Nm de couple à 4500 tr/mn
  • 0 à 100 km/h : 6,9 secondes
  • Boîte de vitesses : 5 rapports (manuelle)
  • Poids : 1250 kg
  • Vmax : 236 km/h

Porsche Boxster 2.5 (986)

Au volant de la Porsche Boxster 2.5 (986)

Porsche a toujours su repousser les lois de la physique. Une sportive avec une majorité de son poids à l’arrière, ainsi qu’une transmission et un moteur (également) à l’arrière, doit forcement sur-virer sans cesse. Et bien non, sa tenue de route est excellente grâce à une direction fidèle, un châssis ferme et des trains roulants bien conçus. Bien que cela soit un cabriolet, son châssis est rigide (même en capote rangée) et ne fait qu’une bouchée des sorties sur routes sinueuses. Ce dernier offre également un confort correct sur les aspérités de la route. Une fois la capote rangée, les mouvements d’air de l’allemande ont bien été étudiés et ne desservent ni le conducteur ni la voiture.

Le freinage, comme d’habitude chez Porsche, est parfaitement dimensionné pour ce Boxster 2.5 (986). Il est efficace mais surtout progressif et endurant. On est donc loin de sa réputation de “Porsche au rabais”, ou “Porsche du pauvre“, dont elle est parfois victime.

Mais puisque rares sont les voitures parfaites, on note tout de même l’absence d’un vrai autobloquant (ABD fourni de série), pour les sorties dominicales ou circuit très musclées. Dommage que le Flat-6 n’offre pas quelques chevaux de plus, le châssis du Boxster 2.5 (986) aurait pu amplement les encaisser.

Porsche Boxster 2.5 (986)

Bilan

Abordable, performant et facile à prendre en main, le Boxster 2.5 (986) est un modèle entrée de gamme réussi, et qui n’a pas été bradé. Son flat-6 est chantant et sa sonorité à bas régime caractéristique des modèles de la marque. Malgré un équipement (de série) pas très généreux, les sensations sont pour leur part livrées avec votre Porsche, peu importe le niveau de finition que vous avez choisi.

Acheter une Porsche Boxster 2.5 (986)

Côté occasion, les annonces ne manquent pas, aussi bien en LHD qu’en RHD.  Le Boxster 2.5 (986) a souvent été importé d’Angleterre, et continue de l’être. Comptez entre 6000 et 10000 euros pour une version anglaise, en plaques françaises, en bon état, et sous la barre des 100 000 km. Où, si vous êtes fidèles au volant à gauche, vous trouverez votre bonheur à partir de 10 000 euros, en bon état, mais avec des kilométrages au dessus de 150 000 km.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.