DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | Mercedes 500 E (W124) (1990-1995) : fusée discrète

Par François - 18 avril 2020
Dossier youngtimer Mercedes 500 E W124

A la fin des années 80, nombreux sont les prétendants qui frappent à la porte du segment de la berline de luxe. Mercedes s’associe en conséquence avec Porsche pour construire la 500 E. Une berline de luxe dans laquelle le moteur V8 de 326 chevaux de la SL 500 a été rentré au chausse-pieds.

Basée sur la W124 300 E, la nouvelle bombe de Stuttgart est motorisée avec le même bloc V8 de la SL 500. Le reste du développement est confié à Porsche pendant deux ans. La 500 E sera même produite sur l’ancienne ligne de production de la Porsche 959. Seule l’étape de la peinture est pris en main par Mercedes, dans son usine de Sindelfingen, soucieux du maintien de son niveau de qualité en matière de protection contre la corrosion.

Souvent moquée pour ses lignes si discrètes qu’on pourrait les confondre avec celles d’un taxi, la Mercedes 500 E vise la sobriété. Rares sont les détails qui trahiront que l’allemande abrite un V8 de 326 chevaux. Les plus avertis remarqueront ses ailes élargies, ses jantes 16 pouces, son spoiler avant ou encore ses projecteurs antibrouillards de type ellipsoïdal.

PRODUCTION

  • Mercedes 500 E : 9 979 exemplaires
  • Mercedes E500 Limited : 500 exemplaires

Mercedes 500 E W124

Moteur (M119)

Face à la concurrence grandissante sur ce segment, Mercedes opte pour le même V8 de SL 500 type R129 avec sa culasse à 32 soupapes. Quelques modifications vont être apportées pour rendre le bloc (M119) unique. Les conduits d’admission ont été allongés pour disposer de plus de couple, disponible 100 tr/min plus tôt. Mercedes ne change pas ses habitudes et offre une boîte de vitesses automatique à 4 rapports à la 500 E. C’est là le principal bémol que nous identifions. L’absence d’une alternative en manuelle, à 5 ou 6 rapports, aurait pu donner une dimension encore plus sportive à la 500 E.

Résultat, l’allemande expédie le 0 à 100 km/h en 6,5 secondes. Chrono plus que correct pour une voiture qui affiche 1700 kg sur la balance. Sa Vmax est de 250 km/h. Le couple et la puissance sont linéaires et la poussée à l’accélération est réellement notable. Vous êtes collés à votre siège dès 3900 tr/min. La berline qui se veut luxueuse sera une voiture de choix pour surprendre les plus téméraires sur l’Autobahn.

Fiche technique synthétique de la Mercedes 500 E

  • Moteur : 8 cylindres en V, 32 soupapes
  • Alimentation : injection électronique Bosch LH-jetronic
  • Transmission : propulsion (arrière)
  • Puissance : 326 ch à 5 700 tr/min
  • Couple : 480 Nm de couple à 3 900 tr/mn
  • 0 à 100 km/h : 6,5 secondes
  • Boîte de vitesses : 4 rapports (automatique)
  • Poids : 1700 kg
  • Vmax : 250 km/h

Moteur V8 de la Mercedes 500 E W124

Au volant de la Mercedes 500 E

Avec un châssis développé par Porsche, le comportement routier de la 500 E était dans de bonnes mains. Les ingénieurs de Stuttgart raffermissent le châssis avec un débattement des suspensions raccourci de 30 mm et des voies avant/arrière élargies de 36 et 38 mm. L’allemande est sur un rail, et presque n’importe qui pourrait piloter cette dernière. Mercedes va uniquement imposé l’usage de ressorts souples pour éviter à la 500 E de devenir trop tape-cul afin de ne pas faire mentir le marketing qui vend l’image d’une berline confortable. Sous ses nouvelles jantes en 16 pouces (pneumatiques 255/55 Z16) se cachent de gros freins à quatre disques ventilés signé Porsche. Autant vous dire que la 500 E redéfinie le terme de freinage dans son segment.

Sur la route, les longues lignes seront votre territoire de prédilection. Véritable sleeper de part son design et look discret, vous ne vous lasserez jamais de voir les têtes de ceux qui auraient osé vous défier, encore aujourd’hui. Toutefois, comme l’illustre très bien le premier opus de Taxi (film), c’est dans les virages sinueux ou sur circuit que ça se complique. Le comportement routier reste aux petits oignons, mais la boîte de vitesses automatique à 4 rapports et l’ASR omniprésent vous rappelleront très rapidement que vous n’êtes pas à bord d’une pure voiture de sport. Un territoire plutôt à l’avantage de la BMW M5 E39.

Intérieur de la Mercedes 500 E W124

Bilan

Véritable TGV sur autoroute, la Mercedes 500 E (W124) cache bien son jeu sous une esthétique sobre. Son V8 offre une souplesse tout bonnement phénoménale et son châssis signé Porsche apporte maniabilité et précision, pardonnant presque toutes erreurs de conduite. Malgré son prix en occasion, sa boîte automatique à 4 rapports et son ASR (non déconnectable), le reste est un sans faute.

Acheter une Mercedes 500 E

Côté occasion, la 500 E est assez rare malgré qu’elle ait été produite à 10 479 exemplaires. Vous trouverez d’ailleurs beaucoup plus de SL 500 sur leboncoin, dotées du même moteur V8. Mais revenons à notre berline. Comptez entre 40 000 et 50 000 euros pour un modèle en bon état, suivi, et sous la barre des 200 000 km (prix neuf en 1990 : 80 000 euros). Inutile d’aller voir en Allemagne, sa valeur en occasion aussi élevée. Sa rareté et son ADN Porsche se font clairement ressentir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.