DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | Citroën AX GT (1987-1994) : machine (perfectible) à souvenirs

Par François - 30 mars 2020
Dossier youngtimer Citroën AX GT

Initialement adorée par une clientèle âgée pour son confort, Citroën va investir 5,5 milliards de francs dans les années 80 pour développer une voiture annoncée comme “révolutionnaire”, capable de s’ouvrir à un nouveau public. Parallèlement, de part sa participation dans le championnat du monde de Rallye, la firme française va construire 5000 exemplaires de l’AX Sport pour avoir le droit de concourir en groupe N. Un modèle tout aussi abordable, moins extrême et un peu moins dépouillée sera commercialisée pour les amateurs moins exigeants souhaitant prétendre à quelques sensations plaisantes sans saigner des oreilles : l’AX GT.

Cette nouvelle génération de citadine remplace la Visa, qui descend elle-même de la LNA ou encore de la 2CV. La Citroën AX GT pour sa part fait partie de la famille des vraies fausses GTI comme la Peugeot 205 XS, la Ford Fiesta XR2 ou encore de la Renault 5 GTX. Elle incarne l’objectif du constructeur français de rajeunir son image. Elle s’adresse ainsi à une clientèle jeune à la recherche d’un modèle relativement performant et d’un look sympa.

Citroën AX GT

Moteur (TU3S)

Bloc (TU) PSA

Tiens tiens tiens… Vous avez déjà vu ce code moteur quelque part ! C’est normal, puisque sa concurrente, la Peugeot 205 XS, possède le même bloc TU. La Citroën AX GT adopte aussi cette nouvelle génération de moteurs PSA, un 4 cylindres en ligne à 8 soupapes (type TU3S) développant 85 ch et 116 Nm de couple, soit 10 ch de moins que la variante (AX) Sport du catalogue Citroën. Le bloc TU3S est associé à une boîte de vitesses courte à 5 rapports. Là aussi, comme la 205, elle se débarrasse de ses deux carburateurs double corps, adoptant à la place un seul carburateur double corps Solex 32-34 Z2.

Grâce à son poids plume (720 kg), elle bénéficie d’un Cx remarquable de 0,32. Résultat, une Vmax de 178 km/h et un 0 à 100 km/h est abattu en 9,4 secondes. C’est presque 2 secondes de moins que la 205 XS, handicapée par 100 kg de plus, mais surtout 0,2 seconde de plus que l’AX Sport. Mais comme sa concurrente, là où l’arrière pays aurait du être son terrain de jeu, les petites départementales sinueuses voient le gap entre l’AX GT et la Sport s’étendre drastiquement, tout comme avec les sportives de la catégorie supérieure comme la 205 GTI.

Évolutions

L’AX GT connaîtra bien des futurs. En juillet 1991, pour le millésime 92, Citroën souhaite dépoussiérer sa citadine déjà vieille de 6 ans. La française hérite d’une nouvelle calandre (avec le double-chevron au centre et des clignotants blancs), une face arrière modernisée, des jantes alu de série, mais surtout une nouvelle planche de bord plus qualitative. Coté “performances”, on observe une légère amélioration concernant le freinage et une barre anti-roulis avant plus grosse. En revanche, en septembre 1992, le carburateur est abandonné pour l’injection. L’arrivée d’un catalyseur fait perdre 10 ch à la bombinette, maintenant devenue presque ordinaire par son nouveau caractère.

En 1990, l’AX GT est proposée en série limitée Volcane, une version avec un équipement plus “haut de gamme”. On retrouve une calandre chromée, des élargisseurs d’ailes et pare-chocs en plastique noir, les jantes alliage en série, des sièges mixtes cuir noir et tissu ou encore des sigles “AX GT” et “Volcane” sur la hayon et la boîte à gant. Une autre variante “luxueuse” arrivera en 1992 : l’AX Exclusive. Richement équipée (climatisation, intérieur cuir, freinage ABS, jantes en alliage léger, etc.), elle se base sur l’AX GT.

Au volant de la Citroën AX GT

Au volant de l’AX GT

Bien que nous soyons sur un modèle quasi-sportif, Citroën (réputation oblige) lui a offert une suspension encore trop typée “confort”. Ses roues en 165/65 R13 n’aident également pas son cas, favorisant un roulis bien trop marqué. Sa direction démultipliée entraîne un peu de sous-virage et empêche le train avant d’être incisif. Cerise sur la cagette, ses freins. Offrant une efficacité globale très légère, ces derniers n’étaient pas rassurants lors de l’attaque de la pédale. Un problème pas vraiment corrigé par la suite…

Bonne à jeter ? Pas du tout. En réalité, vous prenez rapidement l’habitude de ses défauts routiers perfectibles. Grâce à un moteur bruyant haut dans les tours et une boîte de vitesses courte, on est directement plongé dans la conduite, sans filtre. Les moins tolérants, coincés au volant de l’AX GT, opteront pour une nouvelle suspension un peu plus ferme, une barre anti-rapprochement (avant) et les roues de l’AX Sport pour corriger une partie de ses défauts.

Citroën AX GT

Bilan

Avec des performances honorables (rapport poids/puissance, boîte courte, moteur fiable et généreux, etc), des sensations sans filtre et une cote très intéressante en occasion, la Citroën AX GT est une sportive des années 80/90 de choix. Même 30 ans plus tard, elle n’a pas perdu son charme. Les phases 1 (1987-1992), sans catalyseurs, sont à privilégier face aux phases 2 qui perdent 10 ch dans l’opération.

Côté occasion, l’AX GT (victime d’un design moins sympa ?) est moins chère qu’une 205 XS. Proposant déjà à l’époque l’un des meilleurs rapports prix/performances du marché, elle confirme encore aujourd’hui sur le marché secondaire. Comptez entre 2500 et 3500€ pour un modèle en bon état et un kilométrage sous les 150 000 km. La série limitée Volcane, dotée d’un équipement plus haut de gamme ne dépasse pas les 4000€ (hors Citroënistes “surcoteurs”).

Galerie photo : Citroën AX GT

2 Commentaires

  1. Avatar Xw8 dit :

    La sport est apparu en 87 la GT viens en 88-89 …

    1. François François dit :

      Bonjour,
      Non, les deux sont apparues en 87.
      François

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.