DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Voici la moto la plus folle de l’histoire, à moteur de Corvette

Par Julien - 12 juillet 2019
Moto V8 Corvette

Vous faire l’inventaire complet des caractéristiques techniques de cet engin mi moto/mi auto serait long. Mais sachez que le V8 LS7 de 7.0 litres à double turbo et protoxyde d’azote développe 1200 ch.

On ne traite jamais de moto sur Downshift, mais une fois n’est pas coutume, faisons si vous le voulez bien une petite entorse au règlement. Nous le pouvons, parce que ce qui était au départ un Custom est devenu une moto V8. Le grand spécialiste du genre est Boss Hoss, qui ne vend que dans deux pays en Europe : Allemagne… et France !

Le propriétaire a choisi un V8 LS7 de Corvette, avec 7.0 litres de cylindrée, deux compresseurs (et 10 “pounds” de pression des deux compresseurs), un réservoir d’alcool sous le siège pour refroidir les compresseurs, et une réserve de protoxyde d’azote à l’arrière pour augmenter, encore, la puissance. Hors NOS, la mécanique revendique déjà 1200 ch, et l’homme ne sait pas combien avec le NOS. Ah, et sans oublier la consommation : le réservoir fait 30 litres, et la moto engloutit 30 l/100 km. L’autonomie est donc d’un peu moins de 100 km !

La boîte de vitesse est une Powerglide à seulement deux rapports, et le second passe à plus de 220 km/h. Le propriétaire reconnaît qu’il est possible de faire fumer le pneu à plus de 180 km/h, sans grande difficulté…

On imagine assez mal conduire un tel engin, d’autant plus qu’un simple coup de “poignet cassé” à l’arrêt fait déjà tellement trembler la bécane (et la surface de la Terre) que notre homme a toutes les peines de la garder droite. On imagine donc qu’il n’a jamais tenté la poignée ouverte en grand là dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.