DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Une Subaru à moteur central en préparation ?

Par Julien - 29 septembre 2018
Subaru concept

Actuellement, la gamme Subaru est cantonnée aux véhicules tout-terrain en France. La WRX STI est de moins en moins vendue, la faute à un malus de 10 500 €. Mais tout n’est pas perdu, ils pourraient nous préparer une petite surprise…

Subaru est une marque très confidentielle en France. Le constructeur japonais souffre de plusieurs choses : réseau de distribution relativement faible, véhicules très spécifiques (transmission intégrale permanente), et surtout malus conséquent sur la plupart des modèles, avec 10 500 € de taxes sur la WRX STI.

La marque nippone est en revanche très populaire aux Etats-Unis. C’est plus de 70’000 véhicules par an qui serait vendus dans le pays aux 50 étoiles ! Une activité commerciale énorme qui permet à Subaru d’entrevoir des développements un peu “à part”.

Une Subaru à moteur central ?

C’est la rumeur du moment, qui, en réalité, refait surface. Ils prépareraient ainsi une sportive à moteur central arrière, avec un bloc essence “boxer” suralimenté, comme sur la WRX STI.

Subaru aurait déjà testé un prototype sur la base d’un BRZ avec un peu plus de 300 ch distribués aux roues arrière. Et Subaru n’est pas la première marque à se lancer (hypothétiquement) dans une sportive à moteur central arrière. En effet, Hyundai travaillerait aussi sur une telle auto…

Une Subaru en concurrence de l’Alpine A110 ?

Et n’oublions pas, de notre côté, la toute récente Alpine A110 qui a droit à un quatre cylindres placé au centre. Le constructeur nippon pourrait très bien profiter de sa notoriété aux Etats-Unis pour lancer un tel modèle. Mais s’il voit effectivement le jour, il y a bien peu de chances pour que nous puissions le découvrir dans les concessions françaises…

1 Commentaire

  1. Avatar LEmonnier jean pierre dit :

    Je me demande toujours comment la société Emil Frey Suisse maintient un réseau de 80 concessionnaires en France pour vendre une demi-douzaine de voitures par an. Peut-être justement parce que Emil Frey est suisse et qu’il vend , si on peut dire, complètement à perte. Les marques qui ne vendent plus qu’une trentaine de voitures en France mettent la clé sous la porte. En son temps, GM France a arrêté d’importer Vauxhall Angleterre en France quand la diffusion était tombée à 35 unités. Mais il n’y avait plus qu’un seul concessionnaire ! J’en sais quelque chose, j’ai eu la dernière Vauxhall française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.