DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Piratage automobile, nouvel Eldorado de choix pour les voleurs 2.0

Par François - 8 juillet 2020
Piratage automobile

Atlas VPN, un spécialiste de l’accès privé, vient de dévoiler les résultats d’une étude inquiétante concernant le piratage automobile. Les intrusions illégales sur des véhicules motorisés auraient plus que doublé en 2019, par rapport à l’année 2018. La cause : les nouvelles technologies à bord et à distance.

L’ouverture/fermeture sans clé, le démarrage à distance ou encore les applications mobiles, voilà quelques exemples des points d’entrés préférés de cette nouvelle génération de voleurs. Nombreux sont les individus qui se pressent de surfer sur cette défaillance en matière de sécurité, faisant exploser le nombre d’incident de ce type.

L’étude fait l’état d’une hausse significative de ces attaques entre 2018 et 2019, soit + 138%. Si on remonte à 2016, le nombre d’incidents est trois fois moins importants, ce qui témoigne d’un vrai problème en matière de cybersécurité.

L’ouverture sans clé : 99% de réussite théorique

Là où il y a quelques années la prise OBD, suivi de la carto (ECU), régnait en maître sur ce classement, l’arrivée de la technologie et de l’hyper-connectivité à bord et à distance est venue chambouler le classement. Parmi les 12 moyens de piratage les plus populaires listés dans le graphique ci-dessous, on retrouve 8 canaux liés à la technologie moderne.

Mais si l’ouverture/fermeture sans clé est si populaire auprès des hackeurs, c’est pour une raison simple. C’est ni plus ni moins que le mode de piratage accusant le plus haut pourcentage de succès, pour ceux arrivant à manier cette technologie de hacking. Une récente étude de la fédération d’automobile clubs d’Allemagne (ADAC) démontrait parallèlement que sur 237 modèles équipés de ce type de technologie, seuls 7 résistaient à ce mode d’intrusion, soit 1%. En d’autres termes, et pour faire peur à Jean-Michel et Micheline qui lisent cet article et qui viennent d’acheter un Renault Captur, 99% des voitures sont exposés à ce type de piratage.

Piratage automobile

Concernant le reste du classement, on voit que l’attaque sur les serveurs arrive en deuxième position? En effet, certains constructeurs comme BMW offre la possible de déverrouiller et/ou de démarrer son véhicule avec son smartphone, une porte d’entrée idéale pour les pirates. Enfin, sur la troisième marche du podium, on retrouve les applications à bord téléchargés par le(s) propriétaire(s).

Et les constructeurs automobiles dans tout ça ?

Aujourd’hui, le sujet est activement étudié par tous les constructeurs, mais rares sont ceux qui proposent une vraie cybersécurité. Ce sujet est d’autant plus délicat, qu’un état des lieux transparent de la situation pourrait aller à l’encontre de la réputation de ces dits constructeurs.

Seul Ford domine le sujet pour le moment grâce à un nouveau type de clé qui se met automatiquement en veille au bout d’une trentaine de secondes pour éviter, ou limiter, les attaques. Attendez-vous ainsi à un boom des innovations dans les années à venir en matière de cybersécurité automobile, où les publicités ressembleront d’avantage à des offres pour un anti-virus qu’une publicité pour une voiture.

Source : Atlas VPN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.