DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto
mardi, octobre 24, 2019

Peugeot e-Legend : Carlos Tavares s’exprime une bonne fois pour toutes

Par François - 26 avril 2019
Pas de e-Legend au programme, cette fois c'est 100% sur

“FATALITY !”, diraient les fans de Mortal Kombat. Carlos Tavares, N°1 du groupe PSA, a mis un terme au pseudo-espoir qu’avaient certains derniers rêveurs. C’est officiel, clair, net et précis : Peugeot ne produira pas la e-Legend.

Souvenez-vous. La Peugeot e-Legend avait mis une claque à la majorité des aficionados de l’automobile au Mondial de l’Auto 2018 à Paris. Très vite, la mayonnaise avait bien prise et une pétition avait même été lancée par nos confrères d’Autonews.fr.

Bien que le constructeur français avait déjà exprimé ses doutes sur la production de ce concept car électrique, Jean-Philippe Imparato, le PDG de Peugeot, avait toutefois laissé une porte ouverte en déclarant sur Twitter que si la pétition atteignait les 500 000 signatures, Peugeot réfléchirait sérieusement à sa commercialisation. Toutefois, cette dernière n’a jamais dépassé les 60 000 signataires.

Rentabilité avant plaisir

Ce même PDG est revenu ensuite sur ses propos en indiquant que la e-Legend coûterait 250 millions d’euros à produire : “cela coûterait 250 millions d’euros à produire, et je ne peux pas engager un tel budget sur ce segment” . En effet, sur un tel segment, qui plus est de niche (électrique), il ne faut pas avoir fait de grandes écoles pour comprendre que la rentabilité sera jamais au rendez-vous. Avec une production estimée à 20 000 exemplaires, la Peugeot e-Legend aurait du être proposée aux environs de 80 000 € pour espérer être un minimum rentable. Ce tarif aurait surement refroidi les clients potentiels. Cette décision est donc logique. Triste, mais logique.

On souhaite tous voir sur nos routes la DS E-Tense ou même (soyons fous) une version homologuée de la Peugeot 208 T16 Pikes Peak. Mais est-ce qu’une fois en concession nous l’achèterions ? Non. Ainsi, comme l’a indiqué Carlos Tavares lors de son récent coup de grâce final, quand on développe et construit un véhicule, on ne pas pas baser son jugement “sur des pulsions émotionnelles”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.