DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Youngtimer | BMW 130i (2005 – 2011)

Par Julien - 2 novembre 2018
BMW 130i

Vous cherchez une voiture habitable, qui peut vous emmener en vacances, relativement discrète, mais tout de même performante et facile à trouver ? Bienvenue à bord de la BMW 130i.

Historiquement, BMW a une longue histoire avec le six cylindres en ligne. Mais si vous voulez de l’atmosphérique, il faudra regarder vers le passé. Et pourquoi pas vers la Série 1 ? Bon, on vous l’accorde, ce n’est pas l’auto la plus sexy du catalogue de la marque à l’hélice, mais la Série 1 a quelques avantages : elle se trouve facilement en occasion, elle est plutôt habitable et elle ne fait trop dans le vulgaire. Elle tendrait même dans le passe-partout…

130i, l’un des derniers six cylindres atmo’

La 130i est une des rares offres du segment en six cylindres. BMW, encore aujourd’hui, est la seule marque en Europe qui vend une berline compacte avec un six cylindres. Chez Mercedes, sur la Classe A, il n’y a que des quatre cylindres, et Audi se “limite” au cinq cylindres sur la RS3. Ne cherchez donc pas, c’est le plus gros moteur qui soit sur une compacte en Europe.

BMW 130i

Et la 130i est l’une des dernières à disposer d’un bloc atmosphérique. Le six cylindres en ligne 3.0 à double Vanos développe 265 ch à 6600 tr/mn et 315 Nm de couple maximal. Un moteur linéaire, souple, très élastique et à la sonorité caractéristique des mécaniques BMW d’antan. Un des rares vestiges d’un monde disparu où BMW mettait l’accent sur des motorisations dépourvues de turbo. Les temps ont changé, et BMW va même lancer une M4 DTM à quatre cylindres turbo !

Pétrie de qualités

La 130i est aujourd’hui une très belle affaire. Pour moins de 15 000 € (voire moins de 10 000, si vous n’avez pas peur des forts kilométrages et que vous êtes bon négociant), vous avez accès à une voiture à double visage. Pratique et relativement sobre (moins de 9 l/100 km possibles en conduite coulée et en évitant les villes), la 130i a de l’espace à bord, un coffre suffisant pour la vie de tous les jours et une position de conduite absolument parfaite.

BMW 130i

Les seuls gros défauts de la 130i sont l’absence d’autobloquant de série, et le freinage (nous y revenons plus bas). Pour le premier, c’est un gros souci pour une auto qui doit passer 265 ch au sol via les roues arrière, et surtout pour le contrôle de motricité en virage. Nous n’irons pas vous faire un cours sur les bénéfices d’un différentiel à glissement limité, mais cela manque cruellement sur la 130i.

Certains très bons spécialistes proposent ce genre de choses sur la 130i, comme Quaife, qui est réputé pour son autobloquant sur ce modèle en particulier. Mais entendons-nous bien : un tel différentiel n’aura d’utilité qu’en usage très intensif. Pour une utilisation au quotidien, les aides d’origine de la 130i seront largement suffisantes…

BMW 130i

Concernant le freinage, BMW faisait encore confiance à cette époque à des étriers flottants… monopiston. Ce n’est clairement pas le summum en matière d’efficacité, surtout lorsque l’on sait qu’une Renault Mégane RS de cette période avait droit à des étriers quatre pistons. De plus, le freinage BMW est reconnu pour vite s’essouffler et chauffer. Ce ne sera donc pas le point fort de l’auto, mais tout ceci est évidemment à mettre dans un contexte d’usage ultra sportif, sur piste, notamment.

Fiabilité à toute épreuve

Le bloc répondant au nom de code N52 est d’une fiabilité absolue. Evidemment, cela n’excuse pas d’avoir effectué un entretien régulier, mais si tel est le cas, il vous emmènera au bout du monde. Rajoutons qu’à cette époque, au milieu des années 2000, l’injection directe n’existait quasiment pas sur les essence. Ce moteur dispose donc d’une injection indirecte classique, beaucoup plus “simple” dans la conception et surtout beaucoup plus facile à réparer en cas de problème.

Globalement, il n’y a pas grand-chose à reprocher à cette BMW qui est une des dernières à moteur atmosphérique de ce type. Si vous êtes sur une occasion et que vous hésitez, de peur de ne pas pouvoir assumer les coûts parce qu’un 6 en ligne serait “too much”, sachez qu’en cumulant entretien, consommation de carburant et assurance (si vous n’êtes pas trop malusé), vous n’aurez pas nécessairement une auto très chère en bilan financier.

Un dernier conseil : si vous le pouvez, optez pour une version avec le Pack M Sport, qui donne droit à des suspensions spécifiques plus courtes. En plus de sublimer la conduite, il sera une vraie plu-value en cas de revente. Et en sachant que la 130i prend de la valeur, foncez…

2 Commentaires

  1. Avatar Basset dit :

    Je trouve la description que vous en faite tout simplement pauvre et avare concernant le moteur et le châssis.
    Il s’agit du dernier 6 cylindres en ligne, 3.0. C’est un moteur souple et linéaire qui accepte de reprendre très tôt dans les tours et qui apporte un agrément de premier ordre pour un usage normal. Mais, une deuxième facette de ce moteur est sa capacité à prendre des tours avec une nervosité rare et une mélodie envoûtante en approchant les 7300 tr/min. C’est jouissif.
    Vous avez en plus la propulsion (dernière de sa catégorie) et une boîte manuelle au maniement ferme, très précis et au verrouillage sûr. Le vrai plaisir de piloter.
    Ajouter à ça un châssis bien né et parfaitement équilibré.
    C’est déjà un collector

  2. Avatar philippe dit :

    une voiture qui fait oublier tous ses défauts, (assemblage, habitabilité, confort…).
    cette voiture a une âme. pas un vulgaire objet a roulé pour commerciaux….etc.
    vous rentrez dedans comme si vous saviez qu il va se passer quelques choses. elles est pas faites pour vous l’emmenez d un point A a un point Z, sans quelque chose ne se passe.
    votre femme, vos enfants ne réagirons pas sans qu ils vous posent des questions. elle ne laisse pas indifférent, elle vous laisse des frissons en tout genre selon la sensibilité des personnes.
    le démarrage a froid vous laisse perplexe, les motards enfourche leur motos au bruit de votre passage au rupteur. sans parler de la marais chaussée curieux de savoir se qu il y a sous le long capot allonge pour le cas.
    un bonheur a l entendre rugir. les 4cyl turbo compressé son ignoré, là il n est pas questions de puissance mais de mélodie, du démarrage a plus de 7000 tour. les passants se retourne même a 3000 t. (ligne inox d origine oblige)
    pourquoi, parce que l époque est révolu pour ces voitures.
    une propulsion 3.0l 24s sur une quasi citadine, qui est de plus d une discrétion assuré en version confort ou luxe. seule la double sortie et les palettes au volant pourront la trahir si l insigne n est présent.
    en france seulement plus de 600 voitures sont sortie de se modele.
    c’est déjà collector

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.