DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Le “lexique du bagnolard” : toutes les expressions pour devenir un vrai “caisseux”

Par Julien - 18 novembre 2018
Jeune conducteur

Vous rêvez de devenir un caisseux pur et dur ? Vous avez envie de vous joindre aux “rasso” parking Auchan/Carrefour du vendredi soir et d’étaler votre science ? Voilà quelques termes à connaître, histoire de montrer que vous en savez.

Avoir une voiture, c’est bien, mais se la péter, c’est encore mieux. Si vous allez de temps en temps à des rassemblements de voitures, vous connaissez alors tous les profils du bagnolard : du parfait technicien qui règle son carrossage au dixième de degré près, à l’amateur de sono crachant plus fort qu’un Boeing 737 au décollage, en passant par le type qui va essayer de vous convaincre qu’une Citroën BX et un Fiat Multipla sont le futur des Youngtimers et des voitures de collection.

Bref, du beau monde, mais tous ont un point en commun : le langage du bagnolard ! Et histoire de bien le comprendre, voici quelques expressions, que vous aurez tout le loisir de ressortir lors de vos longues soirées de parking Auchan en plein hiver.

Le lexique du bagnolard

“Elle respire bien” : eh oui, une voiture, ça “respire”. Comprenez par là qu’un moteur aspire de l’air pour fonctionner. Mais ici, il est question de puissance. Quand on dit qu’une voiture “respire”, c’est qu’elle est puissante et qu’elle affiche de belles performances.

“C’est un poumon” : tout le contraire de l’expression précédente. Ici, il s’agit de dénigrer les voitures n’avançant pas. Une auto qui est comparée à un poumon, c’est une auto qui n’est pas performante et qui est “molle”. Un peu comme ta Saxo Bic 1.0 (oui, tu as un “poumon” qui ne “respire pas bien”).

“Ça pousse fort” : si l’on dit ça de votre auto, vous pouvez vous sentir puissant, fort, vigoureux. Cela signifie non pas qu’elle a besoin d’être poussée, mais plutôt qu’elle est sacrément rapide.

“Se mettre à l’équerre” : non, là, rien à voir avec une quelconque volonté de faire de la géométrie. Ne sortez pas votre vieille équerre qui traîne au fond du cartable du collège, ça ne vous servira à rien. “Se mettre à l’équerre” signifie littéralement mettre son auto en travers, à 90°, lors d’une glisse parfaitement maîtrisée. Mais comme vous ne maîtrisez justement rien, vous finirez en parabole dans un fossé.

“Tirer des câbles” : ça pourrait parler à un électricien, mais ça ne le concerne finalement pas. Cela fait référence au “câble” de frein à main (qui disparaît progressivement pour le frein à main électrique). Tirer des câbles, cela signifie donc tirer des coups de frein à main. Tout simplement !

“J’ai coulé une bielle” : une expression bien connue des propriétaires BMW. Non, le but n’est pas d’immerger une bielle dans un saut d’eau. En fait, cela veut dire que les coussinets de bielle sont usés et une (ou plusieurs) de vos bielles sont mortes à cause d’un manque de lubrification. Bon, en clair, si votre moteur fait un “clong clong” bizarre, vous avez des chances d’avoir coulé des bielles…

“Debout sur les freins” : on vous voit venir. Vous avez essayé, mais tout ce que vous avez réussi à faire, c’est vous prendre le volant dans les parties intimes. Non, se “mettre debout sur les freins” n’est pas à prendre au pied de la lettre. Cela signifie simplement que l’on fait un freinage très appuyé, voire un freinage d’urgence. Une métaphore, quoi…

“Elle mange du pneu” : les autos n’ont pas d’appétit. Mais alors pourquoi vous a-t-on dit que votre voiture “mangeait du pneu” ? Tout simplement parce que vos pneus sont usés. Alors modérez vos passages de rond-points et les entrées en courbe sur la petite route en sortant du boulot, ou faites contrôler votre géométrie… mais sans équerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.