DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

La police américaine veut des volontaires pour se mettre une mine

Par Julien - 18 janvier 2019
Conducteur ivre

Honnêtement, on a eu du mal à croire à cette actualité jusqu’à ce qu’on lise l’annonce. La police de l’Etat de Pennsylvannie cherchait en effet 3 volontaires pour se bourrer la tronche afin que les policiers puissent s’entraîner à l’arrestation de personnes alcoolisées au volant. “For real” !

En général, les forces de police du monde entier combattent les personnes trop alcoolisées au volant. Mais là, c’est tout l’inverse. Les policiers de la ville de Kutztown, en Pennsylvannie, on en effet publié une annonce pour le moins inédite sur la page officielle Facebook de la brigade : recherche homme ou femme pour s’alcooliser généreusement.

Pourquoi faire ? Tout simplement pour que les policiers aient de quoi s’entraîner dans les cas d’arrestation de personnes en DUI (“driving under influence”, ce qui correspond dans ce cas à de la conduite en étant alcoolisé). Il est vrai que la gestion de ces cas peut parfois être complexe pour les forces de l’ordre qui ne sont pas forcément toujours habitués à gérer ces situations.

Il y avait tout de même plusieurs conditions : être de bonne santé et avoir entre 25 et 40 ans, sans antécédent d’abus de drogue ou d’alcool, ne pas avoir de casier, accepter de “boire des alcools forts au point d’enivrement”, signer une décharge de responsabilité et avoir une personne pour pouvoir rentrer.

Ne cherchez plus à postuler, toutefois, puisque les 3 volontaires ont déjà été trouvés. En même temps, c’est pas le genre d’appel à candidature qui traîne, ça… En tout cas, cela a fait jaser : certains se sont plaints dans les commentaires des conditions abusives (pourquoi 40 ans maximum ?), lançant ainsi le slogan “All drunks matter!” (“tous les gens bourrés comptent !”), et d’autres ont carrément demandé pourquoi avoir un casier empêchait de boire. Bref, du grand n’importe quoi comme on n’en trouve que de l’autre côté de l’Atlantique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.