DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Essai | Ford Puma mHEV (2020) 125/155 ch : versions Titanium et ST-Line

Par François - 16 mars 2020
Essai Ford Puma mHEV 125 et 155ch (2020)

Le nouveau Ford Puma est depuis peu l’un des nouveaux challengers du segment des petits SUV. Troquant sa ligne de coupé des années 90 pour celle d’un crossover/SUV, le félin à quatre roues compte bien bousculer ses concurrents français. Nous avons pris le volant des versions ST-Line et Titanium sur les routes de l’arrière pays provençal. On vous en parle.

Avec un EcoSport bien trop timide pour jouer dans la cour des grands crossovers, Ford se devait d’apporter une réponse sérieuse au trio français, ses concurrents directs, composé du Peugeot 2008, du Renault Captur et du Citroën C3 Aircross. Ford montre aujourd’hui ses griffes avec son nouveau Puma (griffes, Puma, … OK). Bien qu’assez éloigné du coupé sportif des années 90 dont il reprend l’appellation, et bâti sur la plate-forme de la dernière Ford Fiesta, le Ford Puma est un fauve (fauve, Puma… OK cette fois-ci on sort…) de plus dans la vaste jungle des crossovers.

Conscient de notre histoire d’amour chaotique avec le segment des crossovers/SUV (Downshift ne s’en est jamais caché), le constructeur américain a tenu à nous mettre au défi d’essayer le nouveau Ford Puma. Finitions ST-Line et Titanium en motorisation mHEV (mild-hybrid) 125 et 155 ch.

Essai Ford Puma mHEV 125 et 155ch (2020)

Au volant du Ford Puma 2020

Performance & consommation

Première particularité du nouveau Ford Puma, il est commercialisé uniquement en motorisation mild-hybrid, sans en être vraiment un… Son électrification repose sur un alterno-démarreur 48 volts avec une petite batterie lithium-ion, délivrant 16 ch et 50 Nm pendant les phases d’accélération pour soutenir le moteur à essence, mais aussi pour récupérer de l’énergie lors des décélérations.

Une fois cette précision apportée, on peut appuyer sur le bouton Start et entamer notre essai. Sur les motorisations 125 et 155 ch essayées, couplées à une boîte manuelle à 6 rapports, les performances du Ford Puma sont à la hauteur de ce que l’on attend d’un petit SUV essence de ce calibre. On regrette seulement que sa boîte de vitesses ait été positionnée aussi bas. Les 3e et 5e sont plus difficiles à atteindre parfois. En terme de consommation, nous n’avons que rarement dépassé la barre des 7l/100 avec une consommation moyenne enregistrée de 6,6 l/100 malgré quelques “attaques” sur les lacets de la montagne Sainte-Victoire (Aix-en-Provence).

Confort & châssis

Nous avons identifié une meilleure polyvalence en version Titanium, amplement suffisant pour le job qu’on demande à ce segment. Le confort est au rendez-vous et ses suspensions s’adaptent bien aux imperfections de la route, sans que la voiture ne se fasse trop le yoyo comme sa concurrente chez Citroën. Avec des suspensions plus fermes sur la ST-Line, le confort est troqué en échange d’un peu plus de précision en conduite soutenue. On retrouve les qualités châssis de la Fiesta, sur lequel ce Ford Puma est bâti, et cela malgré un centre de gravité plus haut. Les amateurs de conduite la trouveront plus fun à conduire dans les virages serrés qu’un Peugeot 2008. Les plus exigeants noteront toutefois une commande de boite aux débattements trop longs.

Intérieur

Les amoureux de la Fiesta ne seront pas dépaysés puisque la planche de bord est celle de la citadine. Comme sur la majorité de ses modèles, Ford est généreux en équipements (de série), et encore plus si vous optez pour tous les équipements et options du catalogue du Ford Puma. Notre version Titanium 155 ch mHEV affichait un prix de 30 950€. A ce prix vous obtenez une ergonomie parfaite, ainsi que la majorité de la technologie automobile “de pointe” actuelle. Certains plastiques ne sont néanmoins pas à la hauteur de la concurrence, un constat récurrent chez Ford. Dommage, on était pas loin du sans faute.

On note enfin une place correct à l’arrière pour les jambes, ainsi qu’une bonne garde au toit pour les grands gabarits (je mesure 1m82). Le coffre du Puma est, non pas généreux comme l’annonce Ford, mais plutôt malin ! Ainsi, on retrouve 410 litres, dont 80 litres pour la MégaBox positionnée sous le plancher et équipée d’une bouchon de vidange dans le cas ou vous laveriez ce compartiment. Compartiment que vous n’aurez pas le réflexe d’utiliser systématiquement lors d’un usage quotidien, vous laissant 330 litres. Cependant, très bonne idée.

Intérieur du Ford Puma

Concurrence

Le Ford Puma a principalement trois concurrents en ligne de mire sur le segment des CUV (ou crossover), trois françaises. Il s’agit du nouveau Peugeot 2008, du nouveau Renault Captur et du Citroën C3 Aircross. Le premier offre un design tout aussi moderne ainsi qu’un niveau d’équipement riche de série (22 900 € pour le Ford Puma 1.0 EcoBoost 125 ch BVM6 vs 21 500 € pour le Peugeot 2008 PureTech 100 BVM6). C’est elle qui, à design et équipements égaux, représente une vraie alternative sérieuse à l’américaine.

Puis, vous avez le Renault Captur, moins cher en facial en finition Life (18 600 €), mais loin d’offrir le même niveau d’équipement malgré un nouvel intérieur très soigné. Si on cherche à n’avoir que la climatisation et l’aide au stationnement arrière, il faut aller chercher plus loin. La climatisation manuelle n’est disponible qu’à partir de la finition Zen et le Pack City (aide au parking avant et arrière avec caméra de recul) n’est proposé en option qu’en finition Intens, soit à 23 750 €.

Enfin, vous avez le Citroën C3 Aircross qui vient se glisser entre le Puma et la 2008 à 22 400 €, en finition Shine (climatisation et aides au stationnement arrière inclus). Sur le papier, le C3 Aircross coche autant de cases que ses trois autres concurrents, mais son design n’est pas aussi moderne à notre sens. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Toutefois, respectez-vous, la vie n’est-elle pas déjà assez dure comme ça ?

Bilan essai

Entre les finitions ST-Line et Titanium, tout dépend de votre approche et de votre conduite. Le Ford Puma Titanium (155 ch mHEV BVM6) est plus confortable et pertinent pour un usage daily (= quotidien; OK boomer ?). Si vous ne cherchez qu’un moyen de vous rendre au travail ou aller chercher Kevin au football, alors cette finition est plus adaptée pour vous. Si en revanche vous avez la trentaine, n’avez aucun enfant, et que votre mal de dos est encore inexistant, alors le Ford Puma ST-Line (125 ch mHEV BVM6), et sa boîte de vitesse trop basse, est fait pour vous. Son châssis un peu plus dur et son assise générale sur la route est plus franche, de quoi vous permettre quelques folies modérées en route de campagne. Oui, nous avons mis “Ford Puma” et “folies” dans la même phrase…

Lors de notre essai, le Ford Puma n’offrait pas encore la boîte automatique. Cela arrivera d’ici quelques mois, et devrait parfaitement se combiner avec une finition Titanium pour un usage daily.

On aime

  • Design
  • Agrément de conduite
  • Equipements

On regrette

  • Sonorité du 3 cylindres
  • Pas encore de boîte automatique
  • Boîte manuelle beaucoup trop basse

Retrouvez toutes les caractéristiques du nouveau Ford Puma sur le site officiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.