DOWNSHIFT.FR | L'actualité automobile qui n'en fait pas des caisses ! – Blog Auto

Comment choisir une moto électrique ?

Par François - 28 avril 2020
Moto électrique

Comme pour l’automobile, certains d’entre-vous pourrait en avoir marre de la hausse continue des prix des carburants et décident de passer à la moto électrique. Problème, il existe de nombreuses offres et de nombreux modèles sur ce marché niche. Downshift vous facilite la vie et vous partage les principaux éléments à prendre en considération pour acheter une moto électrique.

Puissance

Comme pour une voiture électrique, la puissance d’une moto “propre” se mesure en kW. Toutefois, le couple, exprimé en Nm, n’est pas à négliger car il est encore plus notable sur un moteur électrique. C’est grâce à lui que vos démarrages seront plus rapides ou que vos accélérations seront plus vives.

Mais une fois sur internet ou dans une boutique spécialisée, voici un exemple qui vous permettra de vous y retrouver une fois fasse à la fiche technique : une moto électrique avec une puissance nominale de moins de 4 kW correspond à une moto thermique d’environ 50 cc. Au delà de 4 kW, on est plutôt sur une moto de 125 cc. Plus simplement, vous pouvez aussi la convertir sur la base de 1 kW =1,36 ch.

Autonomie

L’autonomie est LE critère le plus important. Que votre future moto électrique soit puissante ou non, si votre batterie vous permet de partir que 10 kilomètre, à quoi bon faire cet investissement ? L’autonomie va ainsi varier selon le poids du véhicule et de son pilote, le régime moteur, l’ancienneté de la batterie, la conduite, l’état de la route, etc. En terme de chiffres, et compte tenu de l’offre produit actuel, comptez entre une autonomie variant entre 75 et 350 km. Reste à savoir quel usage vous en ferez pour déterminer de quelle autonomie vous avez besoin.

Outre l’autonomie, il faut également être sensible aux cycles de charge promis par le fabricant, qui représente en quelques sortes la durée de vie d’une batterie électrique.

Permis spécial ?

Pas de panique, votre permis moto thermique s’applique aussi à la conduite d’une moto électrique. Pour les motos de 50 cc (moins de 4 kW), il faut votre BSR, pour conduire une moto électrique de la catégorie 125 ch (entre 4 et 11 kW) il vous faut un permis B ainsi qu’une formation de 7 heures, et pour une moto électrique comprise entre 11 et 35 kW, il faut un permis A2.

Comme sur la marché automobile, vous action “écologique” peut être récompensée. Votre achat peut être financé par le biais de trois types d’aides :

  • Le bonus écologique de l’état
  • Les subventions accordées par les régions
  • Les subventions attribuées par les villes

Le montant des primes écologiques dépend principalement de la puissance maximale de la moto, et les subventions de la politique en vigueur dans vos villes/régions. Ces dernières peuvent varier entre 100 et 1500 € selon la taille de cette dernière, votre usage (pro ou perso). Mais contrairement à une voiture, la bonne nouvelle est que les trois sont cumulables !

Assurance

Comme votre moto thermique, votre moto électrique doit répondre aux mêmes obligations légales et être assurée. Mais attention, là où vous seriez tentés d’opter pour la solution la moins chère, notez que que la valeur pécuniaire de ce type de véhicule propre est plus élevée. Si la chasse aux coûts est toutefois important pour vous, souscrivez au moins à une formule au tiers agrémentée de l’option vol et casse.

Après le sujet de l’assurance moto ou l’assurance scooter électrique, reste le point sur la sécurité. Privilégiez un garage souterrain, fermé de préférence. Si cette option est trop chère, rien ne vous empêche de doubler la sécurité avec un antivol moto.

Garantie

Comme énoncé plus haut, les cycles annoncés par le fabricant sont important. Avec une offre produit qui tourne autour des 600/800 cycles de charge, comptez ainsi sur 10 ans de durée de vie pour une bonne moto électrique. Certains gros modèles peuvent atteindre les 1000 cycles, mais ces chiffres restent subjectifs car ils dépendent de l’usage que vous en ferez. Si vous roulez tous les jours, avec une recharge quotidienne, alors son espérance de vie sera moindre.

Mention spéciale à la qualité du service après-vente qui est également important. Questionnez votre vendeur pro sur son réseau de réparation, la disponibilité et les prix des pièces de rechange, les opérations d’entretien nécessaires, etc.

Préserver sa moto électrique

Il n’y a pas de secret, les batteries n’aiment ni le froid, ni l’eau. Ainsi, pour optimiser la durée de vie de votre batterie, évitez les températures extrêmes ou les stockages hivernales sans protection. Elles peuvent provoquer des dégâts irréversibles. A l’inverse, faites lui une place dans votre garage, à température ambiante (supérieur à 15°C).

Pour l’eau, bien que les composants électroniques bénéficient d’une étanchéité plus ou moins importante selon les modèles, évitez de les asperger directement avec votre Karcher. Privilégiez un jet indirect ou la bonne vieille technique “des deux sauts”.

A retenir

L’achat d’une moto électrique doit venir en complément d’une véhicule thermique. Son usage se limitera à quelques kilomètres de balade le dimanche ou petites courses. Inutile de prévoir un roadtrip entre copain, à moins que cela vous plaise que vos collègues en moto thermique se moquent de vous à la station de recharge.

Une moto électrique est un investissement à moyen terme. Outre le look et le design qui tiennent qu’à vous, prenez soin de bien choisir la batterie la plus adaptée à votre usage et un vendeur garantissant un bon service après-vente. Les critères tels que le moteur, le freinage, la suspension, et l’éclairage sont secondaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.