BMW Z3 Roadster

Nous en sommes en plein été, et sous cette chaleur suffocante, deux choix s’offrent à vous en automobile : la climatisation, ou les trajets en cabriolet sur des petites routes ombragées. Avouez que le deuxième est plus tentant… et si vous optiez, en plus, pour une BMW Z3 ?

Avant de demander notre pendaison sur la place publique pour débilité mentale, sachez que cette rubrique n’a pas toujours de réelles prétentions sérieuses. Il s’agit surtout de voir jusqu’où peuvent aller les décotes des voitures de luxe ou de sport…

L’été est la pire des périodes pour acheter un cabriolet. Les prix sont artificiellement gonflés à l’approche du mois de juin et jusqu’en septembre. Avant de retomber en plein hiver, où il est clairement plus indiqué de craquer. Et quitte à craquer, pourquoi ne pas le faire avec une BMW Z3 ! Produite entre 1995 et 2003, elle est la MX-5 des Européens, et la rivale de la Porsche Boxster 2.5 (1996-1999). Le lien entre la BMW Z3 et le Japon ne s’arrête d’ailleurs pas là. En effet, le père du roadster allemand n’est autre que Joji Nagashima, un designer japonais qui a également réalisé la Série 3 E36. Et il faut bien reconnaître que le coup de crayon de la Z3 a fort bien vieilli.

BMW Z3 Roadster

BMW Z3 : 2 types de moteurs, 2 budgets différents

La BMW Z3 a connu plusieurs moteurs durant sa carrière. Proposée au départ en quatre cylindres 1.8 de 115 ch, le roadster a ensuite eu droit aux six cylindres (2.8, 3.0 et 3.2 M). Le premier bloc fut ensuite remplacé par le nouveau 1.9 de 140 ch, bien plus vigoureux. Au moment du restylage, en 1999, le 1.9 140 ch est remplacé par un six cylindres 2.0 de 150 ch et le 1.8 115 ch par le quatre cylindres 1.9 de 115 ch. Vous avez bien suivi… ?

Globalement, la fiabilité est au rendez-vous. Nous sommes dans l’âge d’or de BMW avec des moteurs très robustes… si l’entretien a été fait (surtout sur les blocs M qui nécessitent des huiles de haute qualité en 10W60, et de la Castrol, de préférence). Rappelons que la solidité d’un bloc n’exclut pas le propriétaire de faire la maintenance nécessaire.

Evidemment, si vous souhaitez opter uniquement pour du six cylindres, attendez-vous à des prix qui grimpent très vite au delà des 10 000 € (et bien plus pour des modèles en parfait état, phase 2, ou pire, Motorsport). Doit-on craindre les annonces avec des prix sous les 6/7000 € ? Pas forcément, si l’entretien a été fait. Lors de l’essai, vérifiez notamment les réactions de l’auto sur chaussée dégradée et les “bruits” qui pourraient provenir de l’arrière (signe de l’état du pont).

En tout cas, ne fuyez pas forcément à la vue d’une Z3 à moteur quatre cylindres. Le pimpant petit 1.9 de 140 ch à 16 soupapes est déjà une mécanique sympathique pour profiter de petites balades champêtres en couple un dimanche de printemps (là, vous l’avez cette image en tête ?).

BMW Z3 RoadsterArrière BMW Z3 2.8 Roadster

BMW Z3 : un châssis vieux, un freinage douteux

Les deux gros points noirs de la BMW Z3 sont le châssis (surtout en phase 1) et le freinage. La plateforme de la BMW Z3 est un mix entre génération E36 (train avant) et E30 modifié (train arrière).

On comprend alors vite qu’en cas de chaussée humide ou grasse, on peut se retrouver à faire la toupie sans le vouloir en cas d’optimisme du pied droit. Et l’endurance quasi inexistante du freinage (un vrai problème BMW, pendant longtemps, sur de nombreux modèles) n’aide pas. Heureusement, certaines choses ont été corrigées lors du restylage, avec l’adoption de trains complets d’E36 et des voies plus larges. La BMW Z3 est alors devenue plus stable.

BMW Z3 M Coupe

Le coupé, un modèle à part

L’un des problèmes du Z3 est également sa trop grande souplesse de caisse. Une caractéristique des cabriolets en général, mais qui est assez marquée sur la Z3. Pour passer sur un modèle plus dynamique, il faut alors opter pour le coupé. Mais la production a été bien moins importante, et surtout, les modèles en occasion en TBE sont de plus en plus rares. Ajoutez à ça le fait que les coupés n’étaient vendus qu’en six cylindres. Vous comprendrez vite pourquoi les annonces dépassent régulièrement les 20’000€.

Avant BMW Z3 M RoadsterArrière BMW Z3 M Roadster

Une belle affaire, avant de voir la cote exploser

Au final, nous vous conseillons en priorité la phase 2. Plus sûre, plus confortable (capote doublée), plus aboutie, elle est globalement plus aboutie (et évidemment plus chère). Mais n’ayez pas nécessairement peur des forts kilométrages puisque ces BMW là ont une solide réputation. Même si elles ont été assemblées aux Etats-Unis !

1 COMMENTAIRE

  1. Belle analyse. Bon avis: quand on achète une z3; on achète un young timer; pas du confort.
    La phase 1 c’est le coup de crayon initial du désigner donc le plus authentique et ´pur’.
    Autant pour un 4 cylindres, je recommande aussi la phase 2 avec les ailes élargies comme les versions 6 cylindres; autant la phase 1 6 cylindres de distingue justement esthétiquement des 4 cylindres avec ces ailes élargies que n’ont pas les 4 cylindres phase 1. Enfin, au moins on a d’électronique, au plus simple d’entretenir. La cote d’une phase 1 2.8 6 cylindres devrait plus monter qu’une phase 2. On est plus dans de l’occasion pas chère, on est sur des voitures qui dans 9 ans peuvent être en collection.Ce qui importe, c’est de tout garder d’origine et de ne pas dénaturer’ le produit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.