Aucune voiture homologuée “route” n’est encore passée en dessous de la barre des 2 secondes au 0 à 100 km/h. 

Nous allons voir quelle est la limite théorique connue aujourd’hui par les constructeurs et quel est le meilleur temps possible. Il est clair que l’on se concentrera sur des voitures et/ou supercars homologuées “route”, avec des pneus homologués “route” et du carburant “classique”.

Nous ne prendrons pas en compte l’exemple des dragsters, Formule 1 ou encore voitures de rallye, pour la bonne et simple raison qu’ils bénéficient d’appui aérodynamique optimisé ou encore de pneus très spécifiques. Mais surtout qu’à ce petit jeu, si on ne se met pas tout de suite une limite et qu’on sort du contexte “homologué” qu’on s’impose, on va être tenté d’accrocher un réacteur au cul de la voiture juste pour le plaisir de s’approcher de 0 seconde au 0 à 100 km/h.

Comment calculer le plus rapide 0 à 100 km/h ?

Comme dans la plupart des Mais dit moi Jamy ?, il va falloir sortir sa Casio Graph 35+ une fois de plus ! Dans un premier temps, la logique derrière notre raisonnement est assez spéciale car afin de trouver ce temps théorique, nous allons devoir nous concentrer sur la distance de freinage. Ainsi, nous devons trouver quel est l’indice de décélération d’une voiture X pour connaître sa distance de freinage, puis l’accélération qui nous conduira vers son temps au 0 a 100 km/h. Si c’est flou pour le moment ? C’est normal …

IMPORTANT : l’idée est de prendre les données relatives au distance de freinage des meilleurs supercars homologuées, en déduire le meilleur indice de décélération possible, et s’appuyer sur cette data pour calculer l’accélération optimale d’une supercar X. Puis, si nous trouvons l’accélération, on pourra logiquement calculer le temps qu’elle met pour faire le 0 à 100 km/h.

REMARQUE : nous allons volontairement pas prendre en compte le coefficient de traîné et l’appui aérodynamique de ces véhicules pour simplifier les calculs, ce qui appliquera à notre résultat final une marge d’erreur moyenne de un à deux dixième(s) de seconde.

Détails du calcul du 0 à 100 km/h le plus rapide.

En s’appuyant sur des confrères tels que Turbo ou encore Motorsport, ces derniers ont tous déjà fait un classement des supercars qui freinaient le mieux de 100 à 0 km/h. Ainsi, voici les résultats communs que nous avons pu observer :

  • Bugatti Chiron : 31,05 m
  • Lexus LFA, Porsche 918, Nissan GTR : 28,65 m
  • Corvette ZR1, Z06 : 27,74 m
  • Corvette Stingray C7 : 27,43 m

Accrochez vos ceintures, attrapez vos calculettes et relevez vos tablettes, ça va chier ! Nous allons sortir du “chapeau magique des équations Downshift”, l’équation relative à la distance de freinage, soit : Distance = 1/2 x V.inital²/a. “Distance” la distance (logique en même temps!) “V.inital” étant le vélocité initial et “a” l’accélération.

Nous allons aussi convertir la vitesse de 100 km/h en 27.78 m/s pour simplifier le calcul. Donc, on a notre distance puisqu’on sait que la voiture avec le meilleur freinage freine en 27.43 m, on a notre vélocité initial de 27.78m/s, mais nous n’avons pas notre “a” accélération, notre seul inconnu. Ce qui donne 27.43 = 1/2 x (27.78)²/a.

Rien de plus simple, il suffit de retourner l’équation et de trouver a = 14.064 m/s². Ce résultat va également être converti en “G” pour le bien de notre démonstration, soit 1.43g.

Maintenant qu’on a trouvé cela, nous sommes qu’à la moitié de la démonstration, désolé. Ainsi la question qu’on se pose désormais est la suivante : en combien de temps pouvons-nous atteindre les 100 km/h si nous accélérons à 1.43g ? Encore une fois, simple équation v = a x t. “v” étant la vélocité, “a” étant l’accélération que nous venons de calculé, et “t” le temps. Rajoutez nos chiffres connus & calculés précédemment et nous obtenons 27.78 = 14.067 x t. On retourne ça comme un pancake et on trouve t = 27.78 / 14.064, soit 1.975s. En ajoutant notre marge d’erreur on trouve 2.075 à 2.175 secondes.

Moral / Résultat du mythe du 0 à 100 km/h

Ce résultat final signifie qu’en théorie, si on accélère en appliquant directement 1.43g (accélération parfaite) aux pneus de votre supercar X, cette dernière atteindrait les 100 km/h entre 2.075 à 2.175 secondes. Voilà la “limite des lois de la physique” et notre “limite” théorique aujourd’hui avec des pneus “route”.

Ce qui est intéressant à observer, c’est cette véritable course constructeur afin d’être le premier à atteindre ou passer en dessous de la barre des 2 secondes. Aujourd’hui, on comprend que les voitures ne sont pas limités par la puissance car beaucoup de voitures sont dotées de moteur dépassant les 600, 800 ou 1000 ch. Les constructeurs sont limités par contre par la technologie des pneus (coeff. de friction) ou encore l’appui aérodynamique. Sans parler de “casser les lois de la physique”, si un jour l’exploit est réalisé, il sera intéressant de connaître quelle voiture homologué “route” y est arrivée, mais surtout quels pneus et technologie aura été utilisé.

Quels données officielles du 0 à 100 km/h :

  • Nissan GTR Nismo : 2.8s (pneus homol.)
  • Porsche 918 : 2.4s (pneus homol.)
  • Bugatti Chiron : 2.2s (pneus homol.)
  • Peugeot 208 T16 :1.8s (pneus compet.)
  • Formule 1 : 1.7s (pneus compet.)
  • Dragster : 0.8s (pneus compet.)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here