Ford Focus ST 225

Accéder à un cinq cylindres est aujourd’hui compliqué. En dehors d’Audi, plus personne n’en vend. Mais en jetant un oeil au marché de l’occasion, il est possible de trouver des Ford Focus ST 225 à prix d’ami.

Le cinq cylindres est une architecture moteur assez rare. En dehors de Volvo et d’Audi, bien peu de constructeurs s’y sont mis. C’est pourtant un moteur intéressant à plusieurs titres : bien mieux équilibré qu’un quatre cylindres, expressif, tout en étant moins lourd et pas forcément moins intéressant qu’un six cylindres. Bref, le meilleur de tous les mondes, à un prix qui peut être tout à fait sympathique si vous savez regardez où il faut.

Ford Focus ST, le bon plan

Oubliez les Volvo 850 dotées du cinq cylindres, la plupart des modèles à vendre en occasion sont bien trop kilométrés. Même si la mécanique est d’une robustesse à toute épreuve, il devient quasiment impossible d’en trouver à moins de 200 000 km. Du coup, mieux vaut se rabattre sur la Focus ST 225.

Une compacte sportive de la catégorie des Renault Mégane RS et Opel Astra OPC, qui a fait le bonheur des amateurs de mécaniques atypiques. Et puisqu’on parlait de Volvo, sachez que le 2.5 turbo de la Focus est justement un moteur… Volvo.

Ford Focus ST 225 (3)

Ford a tout de même pas mal modifié le bloc qui était au départ sous le capot de la sage Volvo S40. Le constructeur à l’ovale bleu l’a doté d’un turbo soufflant plus fort et d’un calage de l’admission spécifique. Mais globalement, sur le papier, ce moteur reste assez “classique” en matière de rendement.

Un caractère bien trempé

Les 225 ch tirés d’un 2.5 turbo paraissent peu sur le papier. Mais ce sentiment est vite oublié à l’écoute des vocalises du cinq cylindres suédois qui se montre particulièrement sonore dans les hauts régimes. Le seul gros défaut de ce moteur est qu’il est un peu trop porté sur la boisson, surtout pour 225 ch “seulement”. Le cinq pattes Volvo suralimenté réclame dix litres de sans plomb tous les 100 km… en conduite souple. Descendre en dessous relèverait presque de l’exploit, en ayant des oeufs sous les pieds.

C’est le prix à payer pour profiter d’une auto aux multiples visages. Loin de l’exubérance de la Focus 2 RS (305 ch, châssis bien plus ferme, look bien plus voyant…), cette Focus ST joue la carte de la polyvalence, avec un excellent confort tout en offrant une tenue de cap largement à la hauteur de la catégorie (pour l’époque, entendons-nous bien).

Fiable, mais quelques points à surveiller

La Focus ST 225 est une auto fiable. La mécanique Volvo ne souffre d’aucun reproche particulier, et la compacte à l’ovale bleu s’en sort avec un bilan plutôt flatteur. Cela n’empêchera pas toutefois le potentiel acheteur de vérifier certains points importants.

Ford Focus ST 225 (1)Ford Focus ST 225 (4)

A gauche, Phase 1, à droite, Phase 2

Sur la première phase de la Focus ST, il faut notamment vérifier l’état de l’alternateur, qui est un gros défaut de ces modèles. Un grand nombre d’exemplaires ont eu l’alternateur qui a lâché avant 60 000 km… Un rappel sur un raccord de pompe de direction assistée avait également été lancé par Ford à l’époque. Là encore, demandez s’il avait été bien fait.

La seconde phase a apporté quelques modifications esthétiques, mais aussi ses (petits) ennuis, comme le Symposer qui montre régulièrement des signes de faiblesse. Il s’agit du fameux système qui amplifie le son moteur dans l’habitacle. Rien de bien vital, mais c’est toujours bon à savoir.

Comme vous pouvez le constater, l’auto est plutôt bien née, et elle offre en sus des volumes intéressants pour ceux qui voudraient quand même une voiture capable de faire des compromis pour les petites familles, le temps d’une balade le week-end, ou pour des vacances… à condition de s’arrêter régulièrement pour étancher sa soif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.