Diesel

Le malus 2019 va légèrement augmenter, mais surtout, il se pourrait qu’il existe finalement un deuxième barème du malus, spécifique aux diesels. Et celui là pourrait faire bien mal.

Le projet de loi de finances 2019 n’est pas encore totalement voté. Il reste notamment à connaître avec certitude les valeurs du barème du bonus/malus pour les véhicules neufs. Si l’on a déjà les premières informations avec un malus qui ne bouge finalement que très peu, il se pourrait également que les diesels neufs se prennent une grosse claque dans la figure.

“Kill Bill the diesel”

Plusieurs députés ont en effet fait une demande de création d’un second barème du malus, spécifiquement dédié aux diesels. Si le malus 2019 démarrera logiquement à 117 g/km pour l’ensemble des voitures neuves, cet hypothétique barème du malus pour les diesels débuterait, lui… à 98 g/km. Autant vous dire que la plupart des véhicules diesels du marché auront donc droit à un malus si cet amendement est voté définitivement, ce qui n’est encore le cas.

Pourquoi une telle proposition ? Tout simplement à cause de la pollution engendrée par les diesels, ces vilains petits canards, qui rejettent plein de particules fines et d’oxydes d’azote. Sauf que ce que nos hommes politiques n’ont pas compris, c’est que, pendant des années, les moteurs essence modernes à injection directe sans filtre à particules (autant dire des millions d’autos) ont rejeté bien plus de particules fines que les diesels qui, eux, avaient des filtres à particules. Heureusement, la donne va changer puisque la nouvelle norme va imposer les FAP sur les moteurs essence.

Pourquoi 98 g/km ?

C’est tout simple : c’est 20 % en dessous du seuil du barème du malus classique, qui débute à 117 g/km. Et pourquoi 20 % d’écart contre les diesels ? Parce que selon les députés à l’origine de cette proposition, “cet écart de 20% permet d’harmoniser la fiscalité à l’acquisition, dans la mesure où les véhicules Diesel émettent en moyenne 20% de moins de CO2 que les véhicules essence à puissance égale”.

En clair, puisque les diesels émettent 20 % de CO2 en moins qu’un essence de puissance équivalente, il n’est pas normal que ces méchants diesels échappent plus facilement au malus (basé sur le CO2, on le rappelle), alors qu’ils rejettent des particules fines en plus grande quantité que les essence (même si au final, comme nous vous l’expliquions, ce n’est pas totalement vrai…).

En gros, le malus des diesels irait de 50 à 10 500 €, en débutant à 98 g/km pour les 50 € et jusqu’à 166 g/km pour les 10 500 €.

Soyez patient

Si vous aviez fait vos plans pour 2019 et que vous aviez prévu l’achat d’une voiture diesel neuve, patientez un peu. Attendez d’abord de voir si cette loi va définitivement être votée dans le projet de loi des finances. Et si tel est le cas, il faudra alors peut-être revoir vos plans.

Bref, si vous êtes comme “Hannibal” Smith dans L’Agence tous risques, et que vous aimez ‘quand un plan se déroule sans accrocs“, attendez un peu avant de vous jeter sur la première promo de la concession du coin…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.